Journée du greffier : Optimisation du recouvrement des amendes pénales au menu de la troisième édition

La troisième édition de la journée du greffier s’est tenue le samedi 06 mai 2023. La cérémonie s’est déroulée dans la grande salle de l’ex-ENEP de Bobo-Dioulasso sous le patronage de Bibata Nébié/ Ouédraogo, ministre de la Justice et des Droits humains chargé des Relations avec les Institutions, Garde des Sceaux.

Cette année, journée du greffier s’est tenue sous le thème : “Mobilisation des ressources au profit du budget de l’État : quelle contribution du greffe pour une optimisation du recouvrement des amendes pénales ?” Cette thématique vient confirmer la volonté de l’ensemble du corps des greffiers à assumer l’une de ses attributions à savoir la collecte des fonds publics puis les reverser au profit du trésor. À travers cette journée, il est important de savoir qui est le greffier, et quelles sont ses attributions ? Le greffier est celui qui accueille et informe les justiciables, assiste le juge à l’audience, authentifie les actes et conserve les archives et pièces à conviction. En plus de cela, le greffier participe à la collecte, au reversement des fonds publics au profit du trésor et délivre les actes et décisions de justice.

Selon le directeur des greffes, Rémi Nestor Windyam Tarpliga, ” cette journée se déroule dans un contexte difficile de notre pays. C’est pourquoi nous avons choisi un thème qui colle avec l’actualité afin d’apporter notre contribution dans l’édification du pays. Actuellement, nous sommes à un taux de recouvrement de moins de 2%. Ce qui peut s’expliquer par un certain nombre de difficultés. Malgré cela, les greffiers font des efforts pour donner le maximum d’eux-mêmes”.

La ministre Bibata Nébié/ Ouédraogo dit être satisfaite de voir cette journée se tenir en dépit du contexte national. ” Le greffier est l’une des portes d’entrée et de sortie de nos juridictions. Une journée à l’honneur du corps des greffiers permettra aux justiciables de mieux les connaître”, a-t-elle rappelé.

S’agissant du choix du thème de cette édition, la première responsable en charge de la justice laisse entendre qu’il est d’actualité en ce sens que l’Etat a besoin ces temps-ci d’accroître le recouvrement de ressources pour gonfler son budget.

Pour la ministre, ” parmi les peines prévues par le code pénal burkinabè figure l’amende, mais son recouvrement peine à se réaliser. Alors que cela constitue un manque à gagner énorme pour l’État. Mon département mène actuellement des réflexions en vue de régler ce problème”.

Le parrain d’honneur, Lassiné Diawara, représentant des parrains Al Hassane Siénou et Amadou Dayo et les co-parrains Moctar Démé, Karim Sanfo et Ba Siaka Coulibaly, a remercié tous les acteurs du monde judiciaire.

” Nous sommes fiers d’avoir été associés à cet événement. Le thème est bien réfléchi à partir du moment où l’État a besoin de ressources pour faire face aux défis actuels. Nous souhaitons aussi que le ministère tutelle accompagne les greffiers à réussir leurs missions”, a rappelé le parrain d’honneur.

La cérémonie a connu la forte mobilisation de nombreux acteurs judiciaires mais aussi des étudiants et élèves venus de plusieurs universités et établissements de la ville de Bobo-Dioulasso.

Ben Alassane DAO

Fermer le menu
ut mi, dictum ipsum dapibus ipsum elit. sit ut