Journées nationales du refus de la corruption : «L’Etat n’a pas de main mise sur la gestion des ressources minières»

Du 1er au 10 décembre 2020 se tient les journées nationales du refus de la corruption (JNRC) au Burkina Faso. Les activités de cette 15ème édition traitent les questions de transparence et de redevalibité dans la gestion des ressources minières. Le lancement des activités est intervenu le 1er décembre dernier lors d’une conférence de presse animée par le Secrétaire exécutif du REN-LAC, Sagado Nacanabo.

Le REN-LAC invite le gouvernement à prendre ses responsabilités face aux sociétés minières

Selon le Secrétaire exécutif (SE) du REN-LAC, Sagado Nacanabo le secteur minier constitue actuellement la principale source de revenu pour le Burkina Faso puisque sa contribution dans les exportations était de 71 % en 2017. Selon lui, des statistiques de la Direction générale de l’économie et de la planification (DGEP), sa part de contribution au Produit intérieur brut (PIB) était de 10,43 % en 2019.Toutefois, son poids dans l’emploi total représente 0,31 %. Toujours selon le Secrétaire exécutif du REN-LAC, l’Etat burkinabè n’a pas de main mise sur la gestion des ressources minières et les données dont le pays dispose sur le secteur, proviennent généralement des déclarations faites par les sociétés minières. Il en veut pour preuve le rapport de la mission d’information parlementaire sur l’opérationnalisation des Fonds miniers, dont le contenu a été rendu public le 22 mai dernier et qui conclut que les textes règlementaires sur les Fonds miniers s’imposent difficilement aux sociétés minières. Au regard de cette situation, les activités de ces Journées nationales du refus de la corruption (JNRC) 2020 se dérouleront à Ouagadougou, dans des villes minières, ainsi que dans les 5 régions qui abritent les Comités régionaux anti corruptions (CRAC) à savoir les Hauts-Bassins, le Centre-Ouest, le Nord, le Sud-Ouest et l’Est sous le thème « Transparence et redevabilité dans la gestion des ressources minières au Burkina Faso ». Au programme des activités, il y aura entre autres, l’organisation d’un forum national à Ouagadougou sur la transparence et la redevabilité dans la gestion des ressources minières au Burkina, l’animation de débats télé et radio sur le thème de cette 15ème édition. Ces différentes actions selon le Secrétaire exécutif,  visent à jeter la lumière sur les mauvaises pratiques dans le secteur minier et d’amener les autorités politiques centrales et locales à rendre compte de leur gestion des ressources minières, un patrimoine national épuisable.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
Donec at pulvinar libero. eleifend commodo ut nec quis, consectetur neque. luctus