Nouveau référentiel de développement au Burkina Faso : les OSC pour une prise en compte de leurs aspirations

Ils sont au total une quarantaine de participants, venus de différentes localités des Hauts- Bassins pour prendre part à une conférence régionale sur la redevabilité sociale. Elle a débuté le 26 avril 2021 et est prévue pour se tenir à Bobo-Dioulasso sur deux jours.

L’organisation de cette activité est l’initiative du Conseil national des organisations de la société civile du Burkina Faso. Elle se tient en prélude à la conférence nationale sur la redevabilité sociale prévue en mai prochain. Son but est notamment, de recueillir auprès des OSC au niveau régional des contributions pour alimenter le nouveau plan national de développement.

Selon, Charles Sorgho, Secrétaire général adjoint du Conseil national des OSC, jusqu’à présent dans les différentes étapes de l’élaboration du nouveau référentiel, « la société civile n’a pas véritablement été sollicitée pour apporter sa contribution». L’attente du Conseil national des organisations de la société civile vis-à-vis des autorités est donc la prise en compte de leurs aspirations dans l’élaboration de ce nouveau référentiel.

Les travaux se dérouleront en plénière et en travaux de groupe. Le premier jour de cet atelier a été ponctué par 3 communications. La première, présentée par Charles Sorgho, a pour thème : « contribution de la société civile au processus d’adoption du nouveau référentiel national en matière de développement au Burkina Faso ». Elle a fait ressortir principalement le rôle de la société civile dans ce processus d’adoption. Il s’agit de sa participation à différents niveaux (national et local) à l’élaboration, à la mise en œuvre des politiques, stratégies et programmes de développement, conformément aux orientations nationales définies par l’Etat.

La deuxième communication a comme thème : « quel dispositif de suivi et d’évaluation pour garantir l’offre de service public de qualité aux citoyens dans les secteurs de la santé, de l’éducation et des infrastructures ?» La troisième quant à elle, s’est axée sur « la participation citoyenne dans la promotion de la redevabilité sociale au Burkina Faso : rôle de la société civile et des bénéficiaires».

Pour Gnihanlo Lanou, président du Conseil provincial des OSC du Tuy, cette activité est la bienvenue, car la société civile a « toujours joué son rôle de redevabilité social». Selon lui, il n’est pas tard pour « prendre en compte les préoccupations de la société civile».
Notons que cette conférence régionale sur la redevabilité sociale se tiendra dans toutes les 13 régions du Burkina Faso.

Abdoul Etienne SANON

Fermer le menu
venenatis, eleifend risus dictum vel, ante. Donec velit,