Occupation anarchique du domaine public : Un phénomène à la peau dure à Bobo

 

C’est une matinée comme les autres pour la plupart des citoyens dans la ville de Sya ce 29 mars 2023. Sous un ciel gris, chacun s’en va chercher sa pitance quotidienne. C’est là qu’on se retrouve tous en mouvement, arpentant les différentes artères de Bobo. La population augmente et cela se ressent aisément en circulation.

A côté, il y a ces riverains qui posent des actes à rendre complexe cette circulation, plus qu’elle ne l’est déjà. Il s’agit de l’occupation anarchique de l’espace public. Oui, ils sont nombreux à penser qu’il leur est permis d’installer leur commerce comme ils veulent aux abords des voies, sans pour autant être inquiétés. Plusieurs d’entre eux sont soit installés à quelques centimètres du bitume, soit ils sont dessus. C’est d’abord un danger pour eux-mêmes, car un accident est si vite arrivé. Et c’est aussi un problème pour les usagers de la route.

A certains moments, il faut batailler pour se frayer un passage et ce qui est de stationner, ça c’est un autre problème. Ce qui fait qu’on est souvent surpris par des engins stationnés sur le goudron. Au-delà de cela, il faut faire avec les gares, pour la plupart du temps, spontanées qui se créent sur les mêmes voies. Sur l’asphalte qui n’est cependant pas assez large, on a des bus et minibus qui occupent presque la moitié, stationnés, en attente des passagers avent de bouger.

Tout le temps qu’ils y prennent est un temps durant lequel le risque d’accident grimpe considérablement. Ces phénomènes sont récurrents sur les routes nationales n°09, en allant vers Bobo 2010, n°10 route de Dédougou et n°1 en allant à Kwa et au secteur 25 de Bobo. Face à ces situations, l’autorité communale agi.

« Les gens pensent que devant leur porte, c’est pour eux… »

Dans la dynamique de lutté contre l’encombrement et les risques d’accident causés par les installations anarchiques dans la ville de Bobo-Dioulasso, la police municipale est dans la dynamique de rétablir l’ordre. En effet dans la matinée du 29 mars 2023, une de leurs équipes a procédé à l’enlèvement de deux kiosques anarchiquement installés au secteur 12 quartier Nieneta.

Selon le contrôleur de Police municipale Kibi Sanou, responsable de la voie publique à la direction de la police municipale de Bobo–Dioulasso, l’installation de ces deux kiosques avait une répercussion sur la visibilité des usagers de la route. « Ces deux kiosques sont installés sur ces lieux sans autorisation, car aucun technicien ne va donner quitus pour cela. Ils cachaient la visibilité des usagers de la route et cela a été la cause de plusieurs accidents. Nous avons demandé aux occupants de quitter les lieux, mais ils étaient toujours installés, voilà pourquoi nous avons agi ainsi en procédant à l’enlèvement des kiosques nous-mêmes », affirme le contrôleur de Police municipale.

Pour lui, plusieurs autres kiosques dans le même cas ont déjà connu ou connaitront le même sort. Kibi Sanou, invite les populations à chaque fois prendre attache avec leur arrondissement en ce qui concerne les installations sur le domaine public. Si toute fois les conditions d’installation respectent les normes, les intéressés seront autorisés à s’installer. « Les populations doivent à chaque fois prendre attache avec les différents arrondissements pour ce qui est de l’occupation du domaine public. Les gens pensent que devant leur porte c’est pour eux, alors que… »

Abdoul-Karim Etienne SANON

Aymeric KANI

Fermer le menu
venenatis leo ut mattis efficitur. dolor Donec tristique fringilla lectus porta. Nullam