Offre de services en santé et en éducation : Des OSC notent de graves dysfonctionnements

Dans sa contribution à la mise en œuvre du Plan national de développement  économique et social (PNDES), le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC-BF) a mis en place un mécanisme de suivi citoyen de l’offre de services publics dans les secteurs de la santé et de l’éducation. Sous la conduite de Jonas Hien, président du CNOSC-BF, les acteurs de la société civile ont présenté ce vendredi 26 mars 2021, les acquis, les dysfonctionnements et formulé des propositions pour une plus grande efficacité de l’offre des services publics en santé et en l’éducation.

Jonas Hien, Président du CNOSC-BF

C’est un consortium d’acteurs de la société civile composé du CNOSC-BF, du Cadre de concertation des ONG et associations actives en éducation de base (CCEB-BF) et du Réseau d’accès aux médicaments essentiels (RAME), qui a conduit le mécanisme de suivi dans les régions du Nord et des Hauts-Bassins. Il a noté des acquis tant au niveau de la santé que de l’éducation.

Au niveau de la santé, ces acteurs de la société civile indiquent la bonne fréquentation des formations sanitaires, un bon accueil dans les services de santé, la diminution du temps d’attente dans les centres de santé, l’existence de comités de gestion. Au niveau de l’éducation, ils soulignent l’évolution du taux d’élèves ayant la moyenne aux 3ème  et 4ème  trimestres, les résultats des sessions d’examen 2020 satisfaisants, des latrines dans 62 sur 70 écoles visitées, le respect du cartable minimum, la disponibilité du personnel enseignant dès la rentrée administrative.

Mais au niveau des deux secteurs, il y a aussi des dysfonctionnements constatés.  Dans le domaine de la santé, il y a la persistance des ruptures de molécules traceurs, les infrastructures incomplètes, le retard dans le remboursement des frais de gratuité, la rupture des outils de gestion. Pour l’éducation, il s’agit du non-respect du ratio livre/élève dans 4 communes visitées, le manque de guide d’instruction civique et morale, l’absence de latrines dans 8 écoles, l’absence de vivres dans certaines écoles, la non séparation des latrines filles et garçons.

Face à ces dysfonctionnements, le CNOSC-BF, dira son président Jonas Hien, a formulé des propositions pour plus d’efficacité. Il recommande au ministère de la santé, de renforcer la chaîne d’approvisionnement des formations sanitaires, le remboursement des ressources de la gratuite des soins aux formations sanitaires.  Et aux collectivités territoriales, la dynamisation des comités de gestion. Aux partenaires techniques et financiers, de soutenir l’initiative de la société civile. En ce concerne l’éducation, les acteurs de la société civile invitent le gouvernement à doter conséquemment les enseignants de matériels didactiques, aux collectivités territoriales de livrer des vivres aux écoles au plus tard le premier trimestre, aux partenaires techniques et financiers, de soutenir l’initiative des OSC intervenant dans l’éducation pour une veille citoyenne et aux parents d’élèves, la mise en place et le renforcement de dispositifs pour l’entretien quotidien des latrines des écoles.

Firmin OUATTARA

Fermer le menu
Lorem efficitur. at non facilisis amet, dolor. vulputate, eleifend