Opposition politique : Le MPP utilise le COVID-19 et les fonds à des fins électoralistes

L’opposition politique a tenu son habituel point de presse animé par Yumanli Lompo, président du Parti national des démocrates sociaux (PNDS) le mardi 22 septembre 2020 à Ouagadougou. À l’ordre du jour, l’assassinat de trois Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), les concours directs de la Fonction publique session de 2020, la rentrée scolaire 2020-2021 et la collecte de cartes d’électeurs par des responsables politiques proches du pouvoir.

L’opposition promet le meilleur dans deux mois

Selon Yumanli Lompo, président du Parti national des démocrates sociaux (PNDS), c’est à travers les médias que l’opposition burkinabè a appris que les populations de Nagré dans la province du Gourma, ont pris d’assaut le Gouvernorat de l’Est le 17 septembre dernier, suite à l’assassinat de trois Volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Pour le conférencier, cet acte de la population de Nagré résume l’abandon dont elles sont victimes de la part du pouvoir en place. « C’est un acte lourd de sens qui doit faire réfléchir le MPP, plus préoccupé par la reconquête du pouvoir que de la situation chaotique dans laquelle il a mis le Burkina », fulmine Yumanli Lompo.  S’agissant des concours directs de la Fonction publique, cette année plus de 1.290.000 candidats sont enregistrés pour près de 4700 postes à pourvoir. L’opposition politique dit être déçue, car le président Roch Kaboré avait promis 650.000 emplois durant son quinquennat. Mais, après son accession au pouvoir il a réduit le nombre de postes à pourvoir dans la Fonction publique. L’opposition promet de remonter la pente dans deux mois, lorsqu’elle prendra le pouvoir. S’agissant de la rentrée scolaire 2020-2021, l’opposition déplore le fait que l’année scolaire passée ait été troublée par la crise sécuritaire, la fronde sociale et la pandémie du coronavirus. Et des milliers d’enfants risquent de ne pas aller cette année à l’école à cause de l’insécurité. Il appartient au gouvernement de prendre toutes les mesures nécessaires pour la scolarisation des enfants PDI, et pour la réouverture des 4000 écoles fermées ou détruites à cause du terrorisme. Selon l’opposition, dans plusieurs localités du Burkina notamment dans l’arrondissement 9 de Ouagadougou, Réo dans le Sanguié et Korsimoro dans le Sanmatenga, des individus proches du pouvoir collectionnent des cartes d’électeurs et des photocopies de cartes d’électeurs, ce, en promesse d’aide. « Nous soupçonnons que les militants du MPP utilisent le programme d’aide COVID-19 et les fonds d’appui aux femmes à des fins électoralistes », a déclaré le président du PNDS Yumanli Lompo. Face à cette situation, l’opposition exhorte ses militants et l’ensemble des citoyens qui ont connaissances de ces pratiques dans leurs secteurs ou villages de contacter la CENI, ses démembrements ou la police.

ODOM YANOGO/ stagiaire

Fermer le menu
suscipit non lectus mattis Praesent porta. felis