Ordre des infirmiers des Hauts-Bassins : Lassina Coulibaly, élu président

Le Conseil régional de l’Ordre des infirmiers et infirmières des Hauts-Bassins a tenu son Assemblée générale élective le samedi 26 septembre 2020 à l’Ecole nationale de santé publique de Bobo-Dioulasso. Après quatre années à la tête de la structure, Madame Bationo/Ouattara Yeli Lucie passe le témoin à Lassina Coulibaly.

Lassina Coulibaly : «Il ne faut pas que les infirmiers attendent que lorsqu’ils ont des problèmes pour s’inscrire à l’Ordre»

C’est Lassina Coulibaly, enseignant à l’école nationale de santé publique de Bobo-Dioulasso qui préside désormais aux destinés du conseil régional de l’ordre des infirmiers et infirmières des Hauts- Bassins. Il totalise une vingtaine d’année de carrière dans la profession infirmière. Seul candidat à ce poste, il a été élu avec 48 voix sur 50 votants. A la tête d’une équipe de quinze membres, M. Coulibaly succède à Madame Bationo/Ouattara Yeli Lucie élue le 23 juin 2016. Quatre ans de gestions couronnées par des résultats satisfaisants. «Avec mon équipe nous avons enregistrés une croissance des inscriptions au niveau de l’Ordre», se réjouit elle. Cependant, au regard du nombre d’infirmiers dans la région (plus de 3000) la présidente sortante déplore le faible taux des inscriptions au tableau de l’Ordre. A ce jour, seulement 360 infirmiers sont inscrits à l’Ordre dans les Hauts-Bassins. «La plus part des inscrits sont des nouveaux sortants des écoles. Nous constatons un très peut d’engouement du côté des infirmiers professionnelles», fait remarquer madame Bationo selon qui l’Etat ne fait pas assez pour pousser ces derniers à s’inscrire au tableau de l’Ordre comme il le fait pour les nouveaux venus dans la corporation.

Ils sont venus de toutes les quatre coins de la région pour participer à cette AG

Restaurer coûte que coûte l’identité de la profession

Malgré cet état de fait, la présidente sortante exhorte ses collègues non encore inscrits à l’Ordre à le faire parce qu’à l’étape actuelle ils sont considérés comme exerçants dans l’inégalité. A cette difficulté s’ajoute l’absence de fichier du personnel infirmier de la région et de siège pour le Conseil régional de l’Ordre. Mais pas seulement. Pour Bombila Sawadogo, président du Conseil national de l’Ordre des infirmiers, M. Coulibaly prend les rennes de l’Ordre régional au moment où la corporation infirmière elle même fait face à d’énormes difficultés. Des difficultés liées entre autres à la Covid-19 (nombre d’agents ont été testés positifs) et la suppression du corps des Conseillers de santé. «Dans un corps si l’élite n’existe plus cela entraine forcement des problèmes ; en pareils circonstances vous devez vous organiser», déclare-t-il non sans exhorté les membres du bureau régional entrant à se mettre rapidement à la tâche afin de préserver l’identité de la corporation. Conscient de l’immensité de sa mission, Lassina Coulibaly promet de mettre les bouchés double pour susciter une plus grande adhésion de ses collègues à l’Ordre. «La loi fait obligation à tout infirmier de s’inscrire à l’Ordre. Nous allons mettre l’accent sur la sensibilisation en expliquant à nos collègues qu’ils ne pourront pas s’en sortir eux même face à certaines difficultés s’ils n’adhèrent pas à l’Ordre», conclut- t-il.

Ousmane TRAORE

Fermer le menu
suscipit dolor. Aenean massa risus. felis