Paix et cohésion sociale au Burkina : Depuis Bobo, chefs coutumiers et religieux s’engagent

Après la rencontre nationale des leaders religieux et coutumiers tenue à Ouagadougou le 25 août dernier, c’est au tour de Bobo-Dioulasso. Ce jour 08 septembre 2022, la maison de la culture de Bobo-Dioulasso a abrité, une conférence publique portée par le ministère des Affaires religieuses et coutumières.

Placée sous le thème : «Consolidation de la paix au Burkina Faso : rôles préventifs et bonnes pratiques des légitimités religieuses», cette conférence s’est tenue sous le haut patronage du Premier ministre, chef du gouvernement, et sous la présidence du chef de canton, chef suprême des Bôbô Mandarin.

L’objectif global de cette conférence invite à engager la concertation avec les chefs coutumiers, traditionnels et leaders religieux sur leur participation à l’édification d’un Burkina de paix et de cohésion sociale. Comme objectifs spécifiques, il est question de renforcer les capacités des leaders religieux en matière de la communication non violente ; identifier dans nos livres saints, les dénominateurs communs qui promeuvent le bien-vivre ensemble ; etc. «Nous avons tenu une telle activité à Ouagadougou, mais il était nécessaire de faire la même chose au niveau régional en tenant compte bien sûr des contextes ainsi que des réalités. Ici nous avons des leaders religieux de la région des Cascades, de la Boucle du Mouhoun, du Sud-Ouest et les Hauts-Bassins, pour discuter autour de la thématique», a laissé entendre le ministre des Affaires religieuses Issaka Sourwema.

C’est ainsi qu’au cours de cette conférence, un panel sera animé par des leaders de la société civile, religieux, coutumiers et universitaires. Ce panel aura pour rôle de susciter une plus grande implication de ces leaders religieux dans la production et la diffusion de discours alternatifs prévenant la radicalisation et l’extrémisme violent. Pour le Premier ministre Albert Ouédraogo, l’espoir doit renaître après cette conférence. «J’ose espérer qu’à l’issue, nous trouverons des voies et moyens pour donner au Burkina Faso son image de marque d’antan en matière de coexistence pacifique et de paix», souhaite-t-il.

Le représentant du chef de canton des Bôbô mandarin, le gouverneur de la région des Hauts-Bassins Moussa Diallo et le président de la délégation consulaire régionale des Hauts-Bassins, Al-Assane Siénou, ont, à tour de rôle, salué cette initiative du gouvernement de la tenue de cette conférence publique dans la ville de Bobo-Dioulasso, chef-lieu des Hauts-Bassins. Au soir de cette rencontre, le ministère des Affaires religieuses et coutumières s’attend à des résultats qui sont entre autres, le rôle essentiel des leaders religieux dans la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent à travers des discours et des comportements de paix et d’union ; les stratégies communes pour relever les défis sécuritaires ; etc.

Aymeric KANI

Ousmane ZANTE/Stagiaire

Fermer le menu
mattis consequat. Donec suscipit eleifend ut dictum commodo quis id