Parenté à plaisanterie : Cascades+ Kénédougou contre le Sud-ouest

Le centre culturel Senoufo, sis à Belleville a abrité la 3ème édition des 48 heures de la parenté à plaisanterie Cascades plus Kénédougou contre les Sud-Ouest. C’était les 13 et 14 mai 2023. 

La parenté à plaisanterie est une activité initiée par les fils et filles ressortissants des Cascades, du Kénédougou, et du Sud-Ouest (CKSO) à partir du réseau social Facebook. En mai 2020, le groupe abouti à une structuration officielle avec un récépissé à la clé. CKSO se donne pour objectif principal de promouvoir la parenté à plaisanterie en la mettant au service du vivre-ensemble.

Ainsi, ces 48h de la parenté à plaisanterie se veulent son activité d’envergure nationale et rotative au sein de CKSO ; avec des finalités de rassemblement récréatif, de formation et de promotion des moments de l’héritage culturel à nous légués. Cette 3e édition interroge sur l’efficacité, la contribution de l’âme culturelle dans la recherche de réponse à certains maux que vit notre société, d’où le thème : « Mécanismes endogènes de la promotion de la paix et de la cohésion sociale : exemple de la parenté à plaisanterie ». Au regard de l’importance de l’activité, elle a été placée sous le patronage du ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo représenté par le directeur régional de la culture/ Hauts-Bassins Siaka Sanon.

Pour lui, « la résilience des populations à travers la culture, n’est plus à démontrer. C’est d’ailleurs l’objectif premier de nos plus hautes autorités. Nous félicitons l’association pour sa part de contribution dans le développement de la culture, facteur de paix et de cohésion sociale de notre pays ».

Selon Déhou Palenfo, président de l’association CKSO, « nous voulons promouvoir la parenté à plaisanterie et le vivre-ensemble au Burkina. Nous avons fait les deux éditions à Ouagadougou. Cette année, nous avons délocalisé à Bobo-Dioulasso et l’objectif est de faire de façon rotative ». Au menu, il y a une conférence sur la thématique et une rue marchande avec des mets traditionnels.

Le CO-parrain Seydou Konaté, représentant les parrains, se réjouit et félicite les initiateurs.

Dr Dramane Konaté, conseiller technique du ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, est revenu sur les sources et les valeurs de la parenté à plaisanterie. Pour lui, « la charte de Kouroukanfougan est une source de référence à la parenté à plaisanterie. Les liens de parenté à plaisanterie renforcent le vivre-ensemble, participe à la résolution de plusieurs conflits communautaires et apporte la paix ».

Ben Alassane DAO

Yéli Valentine KAM (Stagiaire)

Fermer le menu
at ipsum lectus fringilla sed Aliquam dolor Aenean Phasellus eget