Prise en charge des refugiés : La CONAREF sensibilise les hommes de media

Il s’est ouvert 05 juillet 2021 à Ziniaré l’atelier de formation et de sensibilisation des hommes et femmes de médias sur les droits et devoirs des refugiés. La cérémonie officielle d’ouverture a connu la présence effective du chef de la diplomatie burkinabè Alpha Barry et du gouverneur de la région du Plateau central.

L’objectif principal de l’atelier de deux jour, est d’informer les hommes et femmes de médias sur les droits et devoir des refugies dans la perspective de leur permettre de vulgariser ces droits et devoirs en vue d’une meilleure appropriation de cette question.   Pour atteindre cet objectif, les acteurs des médias ont bénéficié de cinq communications. La première communication consiste à faire connaitre la CONAREF (Commission nationale des refugiés), ses attributions, son fonctionnement et son rôle.

Une deuxième communication a trait au rôle et mandat du Haut-commissariat des Nation Unies pour les Refugiés au Burkina Faso. La troisième est relative à comment communiquer utilement sur la situation des refugiés en temps de crise viendra mettre fin à la première journée. Un exposé sur la convention de Genève du 28 juillet 1951, et le Protocole de 1967, relatifs au statut des refugiés viendra donner le top de départ de la deuxième journée. Et la communication sur les droits et devoirs des refugiés ainsi que la question de l’asile au Burkina Faso a mis fin aux différentes communications.

Les résultats attendus

Plusieurs résultats sont attendus à la fin de cet atelier à savoir, les participants sont sensibilisés sur le rôle de la CONAREF en matière de gestion des réfugiés ; outillés en communication de crise, sensibilisés sur les cadres juridiques de protection des refugiés au Burkina Faso en passant par l’établissement d’une liste de points focaux de la CONAREF au sein des médias représentés…

Satisfaction du chef de la diplomatie burkinabè

« J’ai tenu à être avec les acteurs des médias à l’ouverture de cet atelier pour leur réitérer ma gratitude pour ce qu’ils font au quotidien pour le développement de notre pays. Nous leur demandons une fois de plus à travers cet atelier de formation sur les droit et devoirs des refugiés, de nous accompagner pour une prise en charge efficace des refugiés dans notre pays. Nous aussi nous avons des compatriotes refugiés dans d’autres pays comme le Mali et le Niger. Donc si nous prenons bien soin des autres chez nous, il y a de forte chance que nos compatriotes refugiés soient bien traités de aussi».

Aymeric KANI

Fermer le menu
Aliquam libero diam velit, ipsum efficitur. leo nunc fringilla facilisis adipiscing commodo