Production de coton à Nanou (Balé) :masques, dozos et vedette de la chanson pour célébrer la réussite

Le samedi 11 mai 2024, le village de Nanou dans la commune de Boromo était en fête. Une fête organisée par les six Groupements de producteurs de coton (GPC) dudit village pour célébrer leur réussite dans la production de coton. Avec comme parrain, le DG de la SOFITEX, Bonossokom Gislain Arsène Somda.

La filière coton a connu quelques vicissitudes ces dernières années pour plusieurs raisons. Situation sécuritaire difficile entrainant l’abandon de leurs terres par certains producteurs, prix élevés des intrants, attaques de jaccides ont, entre autres, impacté négativement la production de coton. Malgré ces diversités, le village de Nanou (région cotonnière de Houndé) est resté engagé dans la production de l’or blanc. Cette abnégation a été récompensée par des rentrées sonnantes et trébuchantes dans l’économie locale. Et le bilan des trois dernières campagnes dressé par l’Agent technique coton (ATC) de Nanou, Zakaria Bilal, est là pour l’attester. Une performance mise à l’honneur, samedi 11 mai à travers la « Fête du coton à Nanou ». Dans une ferveur des grands jour qu’aucun habitant de Nanou n’a voulu se faire conter. Femmes, hommes, jeunes et moins jeunes, sont sortis nombreux envahir la place du marché. Masques, dozos et vedette de la chanson étaient de la partie pour ambiancer et faire danser les « fêtards du coton ». Le chef de village de Nanou, Inoussa Coulibaly, n’a pas manqué d’égrener tous les bienfaits de la production de coton pour son village et ses habitants. En effet, selon ses dires, grâce aux revenus du coton « nous construisons des maisons, achetons des motos, certains ont même pu effectuer le pèlerinage à la Mecque », dit-il. Et ce n’est pas tout. Il explique aussi que le producteur de coton est aussi grand producteur de céréales, parce qu’il alterne la culture du coton avec celle des céréales. «Chaque jour de marché (tous les 5 jours), ce sont plus de cent sacs de maïs, de mil ou de sésame qui sortent de ce village», ajoute le chef de village. Qui se réjouit de ce que « l’autosuffisance alimentaire est une réalité ici à Nanou ».
Des doléances
Si le chef de village et les habitants de Nanou ont réaffirmé leur engagement total dans la production de coton, ils ont émis quelques inquiétudes. A commencer par le prix des intrants qui n’est pas encore connu alors que la campagne 2024-2025 est sur le point de démarrer. Ils craignent une mauvaise surprise comme ce fût le cas pour la campagne écoulée où les prix ont été annoncé tardivement avec une augmentation à la clé. Les producteurs de Nanou, et certainement pareil pour les autres, demandent une baisse des prix des intrants, leur livraison à temps. Pour cela, ils sollicitent le soutien du gouvernement. En outre, ils voudraient voir à la hausse le prix d’achat du coton graine. Avec un brin d’humour, le chef de village de Nanou a dit aux banquiers qu’il ne voudrait pas de vieux billets mais plutôt des billets craquants.
Le DG de la SOFITEX, Bonossokom Gislain Arsène Somda et le président de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB), Nikiébo N’Kambi, ont salué le bel exemple des producteurs de coton de Nanou. Car, « l’an passé, avec l’augmentation du prix des intrants, on ne savait que dire aux producteurs pour les convaincre à produire du coton ». Bonossokom Gislain Arsène Somda les exhorte à suivre les conseils des techniciens et à suivre l’itinéraire technique comme ils ont su le faire jusqu’à présent.
Quant aux doléances exprimées, le président de l’UNPCB assure que les pourparlers se poursuivent avec le gouvernement pour trouver une issue favorable. Tout en reconnaissant que le gouvernement a beaucoup de chantiers et de priorités, il est convaincu que le cri de cœur des cotonculteurs ne sera pas vain.
La fête a été couronnée par la remise d’attestations de reconnaissance à des personnes qui ont permis au village de Nanou d’engranger de bons résultats dans la production de coton.
Encadré
Bilan des 3 dernières campagnes
Campagne Production (kg) Rendement (kg/ha) Crédit (FCFA) Net perçu (FCFA)
2021-2022 1 019 820 1 258 94 105 493 180 682 686
2022-2023 974 380 1 035 114 471 770 172 198 410
2023-2024 1 390 100 1 371 192 003 504 255 349 931
Aly KONATE

Fermer le menu
quis, vulputate, neque. consectetur porta. non dapibus commodo luctus dolor