Programme des volontaires des Nations unies : Des handicapés outillés à y prendre part

Des personnes vivant avec un handicap ont bénéficié d’une session de sensibilisation pour leur adhésion au Programme des Volontaires des Nations unies. Elle a eu lieu, le vendredi 29 juillet 2022 à Bobo-Dioulasso.

L’objectif de cette activité est de présenter à ces personnes vivant avec un handicap, le programme des volontaires des Nations unies et leur donner tous les créneaux qui existent ; les différentes modalités de volontaires et comment elles peuvent avoir une place dans ce programme créé en 1970. Selon Blaise Basga Zagré, assistant à la mobilisation et au partenariat du programme des volontaires des Nations Unies du Burkina Faso, « Nous avons des volontaires au plan national comme au plan international. Au plan national nous avons principalement les volontaires externes, les volontaires spécialistes et des volontaires communautaires, des volontaires jeunes et des volontaires universitaires. Ces mêmes modalités existent au plan international exception de la modalité volontaire communautaire. En plus de cela, nous avons le volontariat en ligne. C’est quelqu’un qui fait un travail qui ne nécessite pas sa présence sur le lieu. Il peut le faire à distance ». Volontaire des Nations unies n’est pas un emploi professionnel, il n’implique donc pas un salaire.

Cependant, « étant donné que la personne abandonne tout pour se consacrer à l’activité, le programme lui accorde une allocation mensuelle de subsistance définie selon le pays, la zone d’intervention et la modalité de volontaire », précise Blaise Basga Zagré. Dans le programme des volontaires, certaines offres sont dédiées uniquement aux personnes vivant avec un handicap. Cela en conformité avec sa vision : « Un monde où le volontariat est reconnu et valorisé au sein des sociétés comme un moyen permettant à tout un chacun partout dans le monde de contribuer à la paix et au développement ». Ce qui va en droite ligne de la vision de l’ensemble du système des Nations unies qui est de ne laisser personne pour compte. Donc, le handicap ne doit pas être un facteur d’exclusion.

Pour Abdoulaye Traoré, président de la Coordination régionale des associations pour la promotion des personnes handicapées des Hauts-Bassins (CORAH/HBs) (bénéficiaire), « cette session de sensibilisation à l’adhésion au programme des volontaires des Nations unies, est une opportunité pour nous personnes handicapées, cachés dans notre coin avec des talents. Lorsque nous allons nous engager dans ce programme, nous allons être connus par d’autres ONG et par d’autres acteurs. Et que les personnes qu’on croit être marginalisées, peuvent apporter leur contribution au développement de leur nation par leurs talents qu’on ignorait ».

Emilienne Sanon, représentante du chef du sous-bureau PNUD/Bobo et Oudou Diarra représentant du Directeur régional de l’action humanitaire, ont tous salué l’initiative de cette session de sensibilisation.

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr

Fermer le menu
ante. commodo nunc eleifend ut libero. elementum consequat. facilisis Praesent consectetur