Droit de réponse : Aboubacar Gnambon Hema n’est pas le chef de canton de Banfora

Nous venons par la présente interpeller le Chef du village de Flantama, secteur 6 de Banfora et Daouda SOULAMA, ex-protocole de la cour royale que, Aboubacar Gnambon HEMA n’est pas le Chef du Canton de Banfora. Un mensonge qui est né de Hadja Minata KONE en date du 17 avril 2019 (quotidien L’Express du Faso numéro 4985 du 17 avril 2019).

Nous ne voulons plus voir ce qui s’est passé le 31 janvier 2021 dans la cour royale.

Il y a eu trop de dégâts dans la cour royale liés à ces mensonges (affrontements entre les membres de la cour qui s’est soldé par un incendie et mort d’homme dont notre oncle HEMA Lassina).

Voici la vérité que tentent de cacher dame Hadja Minata KONE, nièce du grand père feu FADOUGA et compagnie :

Madame KONE Minata, dans vos déclarations parues dans le quotidien L’Express du Faso n° 4985 du mercredi 17 avril 2019 et du n°5426 du 31 Janvier 2021, vous avez délibérément omis de dire la vérité à toute la population de la région des Cascades et à Sa Majesté le Chef du Canton de Bobo-Dioulasso qui était au premier plan à nous soutenir lors des rites funéraires. Vous déclariez que dans le processus du déroulement de la cérémonie donnant lieu à la succession de feu HEMA YOYE II qu’il y avait trois (03) prétendants pour le choix de la succession du trône.

Malheureusement, le choix de la tradition n’a pas été respecté. Selon vos dires, c’est le poulet de HEMA Aboubacar Gnambon qui a été accepté par les ancêtres le 17 avril 2019.

Au contraire, voilà comment les faits se sont déroulés :

– Le 17 avril 2019 à 05h 30 minutes les trois (03) fils que sont, dans l’ordre d’aînesse, HEMA Théophile, HEMA Kamon Alassane et HEMA Gambon Aboubacar ainsi que les neveux du grand père feu FADOUGA qui sont : Lamoussa TRAORE, Mariam KONE, Minata KONE, madame Djénéba et un certain Garyogo en présence de notre tante Madame NIKIEMA/HEMA Bébié, Madame KABORE/HEMA Sétou, notre oncle HEMA Baba, nous nous sommes tous rendus au niveau de la tombe de feu YOYE II HEMA avec dans un panier deux (02) poulets et non trois (03) poulets comme convenu.

Arrivé, sur les lieux, Lamoussa TRAORE a invité HEMA Kamon Alassane à choisir un des poulets à égorger à côté de la tombe. Il l’a fait mais sans aucun signe des ancêtres, ensuite, il invita Aboubacar Gnambon HEMA à lui envoyer le deuxième poulet.

Le fait marquant, est que lors de ce rituel, la tête du poulet de HEMA Gnambon Aboubacar fut détachée du coup et le couteau utilisé jetés à même le sol.

Après que ce rituel fut accompli et séance tenante, la tante Bébié a demandé où se trouvait le poulet de HEMA Théophile, l’aîné de la famille ?

A cette question, aucune réponse n’a été donnée à ce sujet. Ce qui a amené HEMA Sétou de rappeler les principes du respect de la tradition étant donné que l’on n’a pas pris en compte le poulet de l’aînée de la famille.

Hadja Minata KONE,

La seule réponse que TRAORE Lamoussa a donnée, c’est qu’il fallait retourner au palais et attendre les instructions de Hadja Minata KONE.

Dès notre retour, Hadja Minata KONE a demandé à l’épouse du défunt YOYE II, TRAORE Férima quel choix elle porte pour la succession de son défunt mari ?

Elle a opté son choix sur son deuxième (2e) fils, Aboubacar Gnambon HEMA, troisième fils du défunt Chef.

Est-ce cela le choix des ancêtres ou le choix de Hadja Minata KONE ? C’est ça la tradition ?

Au regard de la situation qui prévalait, les deux (02) aînées que nous sommes (HEMA Théophile et HEMA Kamon Alassane), nous nous sommes retirés pour suivre les rites funéraires qui étaient toujours en cours, tout en espérant qu’une réunion de famille allait être organisée afin de rectifier et de respecter les fondements des traditions sur le choix des ancêtres.

Autour de quinze-heures, c’est avec une grande surprise que nous avons été invités dans la chambre du grand-père feu Fadouah HEMA, dans laquelle nous avons trouvé HEMA Aboubacar Gnambon avec le bonnet royale sur sa tête et, Hadja Minata KONE de nous dire que c’est Fadouha qui lui aurait autorisé cette intronisation dans ladite chambre. Le fils aîné HEMA Théophile a posé la question suivante à Minata : «est-ce que nous avons vu le fameux poulet qui vous a autorisé l’intronisation ?» ; cette question est restée sans réponse. Les deux aînés ont choisi de garder le calme pour ne pas entraver le déroulement des funérailles de feu leur père en se retirant de la chambre.

Chose totalement contraire à nos us et coutumes puisque l’exécution de toutes les coutumes de la cour royale est gérée par un groupe des notables de la cour royale, en public et face aux fétiches.

Populations de Banfora, autorités politiques et administratives, responsables coutumiers et religieux de la région des Cascades, nous, les deux fils aînés de feu YOYE II, refusons une telle intronisation pour deux (02) motifs très importants que ceux du mensonge et de la xénophobie et nous nous réservons donc le droit de divulguer vos propos au regard de leurs gravités.

Nous interpellons Daouda SOULAMA et le Chef du village de Flantama du secteur 06 afin qu’ils arrêtent d’instrumentaliser les notables et sages de BANFORA à travers d’interminables activités de rassemblement au sein de la cour royale, ceci afin d’éviter un énième affrontement dans la famille.

Au regard de tout ce qui a été dit, nous réitérons auprès des autorités de faire respecter la mesure conservatoire du Gouvernement en attendant qu’une solution concertée soit trouvée dans le respect de la coutume.

Nous demandons aux sages de la région des Cascades de nous aider à la résolution de cette crise qui n’a que trop durée pour sauver la tradition que nos grands-parents nous ont légué.

Nous remercions encore les autorités administratives de la région des Cascades pour toutes les initiatives mises en œuvre afin de trouver un dénouement à cette crise qui ne grandit pas la région des Cascades.

Ont signé :

HEMA Théophile, Fils ainée

HEMA Kamon Alassane, Deuxième Fils

 

Fermer le menu
Donec amet, libero vel, ipsum id