Promotion de la parenté à plaisanterie : Cascades, Hauts- Bassins et Sud-Ouest veulent en faire leur cheval de bataille

Un atelier de cadrage du projet de promotion de la parenté à plaisanterie entre les populations des régions des Cascades, Hauts-Bassins et Sud-ouest, s’est ouvert ce vendredi 12 mai 2023. C’était à Bobo-Dioulasso au Conseil régional des Hauts-Bassins.

Le projet vise essentiellement à faire la promotion de la parenté à plaisanterie entre les populations de trois régions du Burkina à savoir : les Cascades, les Hauts-Bassins et le Sud-Ouest. Le Burkina est l’un des pays où cette valeur culturelle est beaucoup ancrée. Bien utilisée, cette valeur peut permettre de résoudre même les crises les plus profondes. Selon le colonel Jean Charles Somé, gouverneur des Cascades et président de la délégation spéciale régionale, ” aussitôt la Semaine nationale de la culture (SNC) terminée, nous voilà encore réunis pour réfléchir sur un pan de notre culture qu’est la parenté à plaisanterie”. “ Nous avons toujours constaté que la parenté à plaisanterie a existé entre les groupes ethniques et souvent entre les patronymes. Malheureusement, ce patrimoine culturel immatériel est en déperdition. Il est aussi peu connu de la nouvelle génération et même par certains anciens”, a indiqué le gouverneur Jean Charles Somé. Pour conclure, le président de la délégation spéciale régionale des cascades précise que : ” La parenté à plaisanterie a besoin d’être valorisée. C’est pourquoi, il est temps d’agir et la permettre de se positionner comme un puissant vecteur de cohésion sociale ».

Pour Lamine Soulama, point focal du projet dans les Hauts-Bassins, ” notre pays traverse des moments difficiles. Depuis novembre 2022, l’idée est née dans les Cascades de mettre l’accent sur la parenté à plaisanterie entre les trois régions”. ” Le projet est élaboré sur la base d’un besoin de 400 à 500 millions pour sa mise en œuvre. Et nous comptons sur le financement de nos collectivités et d’autres partenaires”, a-t-il livré.

Même son de cloche pour Sandabar Dabiré, point focal du projet dans les Cascades. Ce dernier appelle tout le monde à réfléchir sur la mise en place d’une éventuelle charte de parenté à plaisanterie.

Ben Alassane DAO

Fermer le menu
leo. Donec sit mattis libero suscipit facilisis risus. adipiscing eget