Recherche de la cohésion sociale et la paix : Des jeunes de Falagountou à l’école des Hauts-Bassins

Du 15 au 20 août 2021, une trentaine de jeunes du Sahel ont effectué une sortie dans la région des Hauts-Bassins. L’objectif est d’avoir un bol d’air dans cette partie du pays relativement calme au regard de la situation d’insécurité que vivent les populations du Sahel.

Cette excursion est organisée par Bii Mouss Events en collaboration avec l’Association des jeunes filles de Falagountou sous le thème : « Cohésion sociale des jeunes du Faso contre la radicalisation et la prévention de l’extrémisme violent pour un retour de la stabilité ». Selon Faïza Rolande Adiadion, présidente de Bii Mouss Events, « L’objet c’est une invite à la cohésion sociale. Déplacer des jeunes d’une zone pas très stable jusqu’ici dans les Hauts-Bassins et s’asseoir ensemble pour discuter d’une question qui nous concerne tous, le contexte actuel marqué par le terrorisme ».

Au cours de leur séjour, les jeunes venus de Falagountou et Dori, ont eu des échanges avec leurs camarades dans les Hauts-Bassins, mais pas seulement. Puisqu’ils sont allés non seulement dans des villages des Hauts-Bassins comme Kôrô et Bama, mais aussi dans la région des Cascades (Banfora et Sindou). Au contact des populations des localités, les jeunes venus du Sahel ont été soulagés de constater que leurs compatriotes de cette partie du Burkina vivaient aussi avec tristesse et douleur le drame du terrorisme qu’eux vivent dans le Nord et le Sahel. « Je suis très honorée par l’accueil qu’on a eu ici et partout où nous sommes allés. Je ne m’attendais pas à un tel accueil. Je suis contente des visites qu’on a effectuées. L’accueil qu’on a eu, nous a permis de savoir qu’on est les mêmes, on a un même pays, le Burkina Faso. La distance qu’on a parcourue pour arriver dans les Hauts-Bassins, est longue. On est arrivé fatiguer, mais l’accueil qu’on a eu nous a réconfortés. Nous avons pris contact avec des jeunes d’ici. C’est à nous de garder le contact pour voir comment faire pour avoir ce qu’eux ont ici et que nous n’avons pas, la paix », explique avec soulagement Sarèta Maïga, présidente des jeunes filles de la commune de Falagountou.

En rapport avec le thème de cette activité parrainée par le député Saïdou Maïga, plusieurs témoignages ont mis en relief l’importance de la cohésion sociale et de la paix. Le Directeur régional des Droits humains et de la Promotion civique des Hauts-Bassins, Arnaud Héma a traité le sujet en trois questions. Pourquoi aller à la cohésion sociale et pourquoi les jeunes doivent s’impliquer ? Comment aller à la cohésion sociale ? Comment lutter contre l’extrémisme violent ?

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr

Fermer le menu
nec non venenatis, dictum ut id libero. in vel,