Comparution de Bassolma Bazié : «Le conseil a un mois pour rendre sa décision», Me Prosper Farama

Accompagné par Me Prosper Farama, son avocat, le Secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), Bassolma Bazié a comparu en conseil de discipline hier, lundi 21 septembre 2020 à l’ex-DRENA à Ouagadougou. Après plus de 3 heures d’audition, lui et son avocat attendent le verdict du conseil.

Bassolma Bazié attend le verdict du conseil

Fin du premier épisode de la comparution de Bassolma Bazié devant le conseil de discipline de son ministère de tutelle. Après plus de 3 heures d’audition, Bassolma Bazié, Secrétaire général de la CGTB, et son avocat sont ressortis de la salle. Pendant que l’audition se déroulait, dehors c’était le bras-de-fer entre les forces de sécurité et les militants des mouvements syndicaux. Ces militants sont venus apporter leur soutien à leur camarade. Selon l’avocat de Bassolma Bazié, Me Prosper Farama, « beaucoup de choses ont été dites, mais certaines étaient fausses et d’autres vraies ». Pour ce qui est du verdict du conseil, Me Prosper Farama a précisé que « nous attendons leur décision. Si elle nous convient il n’y a pas de problème. Si elle ne nous convient pas, nous aviserons ». Par ailleurs, il a indiqué que « théoriquement, le conseil a un mois pour sa décision mais il ne nous a pas donné de date. Bassolma Bazié a ressorti tous ses horaires de cours de ces sept dernières années. Au lieu d’être décoré, il est traduit en conseil de discipline ».

En rappel, Bassolma Bazié a été traduit en conseil de discipline par le ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales pour insuffisance de volume d’horaires. Son avocat, Me Prosper Farama, avait demandé le report au mois d’octobre prochain, dans l’optique de mieux préparer le dossier de son client. Mais, le conseil de discipline en avait décidé autrement et c’est hier 21 septembre 2020 qu’il s’est tenu.

Jules TIENDREBEOGO

Fermer le menu
leo ut commodo justo venenatis, mattis