Réhabilitation de la route Bobo-Orodara : Le ministre des infrastructures s’assure du démarrage effectif des travaux

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho a effectué, ce vendredi 17 mars 2023, une visite sur la route nationale n°8 (Bobo Dioulasso-Orodara) longue de 76 km. Il s’est agi pour le ministre de voir l’état de dégradation de ce tronçon et le démarrage effectif des travaux de réhabilitation.

Inaugurée en 1999, la RN8, Bobo-Dioulasso-Orodara se trouve dans un état de dégradation avancé. Creux, nids-de-poule, goudron totalement inexistant à plusieurs endroits ou recollé, nuages de poussières,… C’est ce qui reste encore de ce tronçon qui relie la frontière du Mali. Mais dans un peu plus d’un an, cette situation va relever du passé. Dans le cadre de la politique de désenclavement et de sauvegarde du patrimoine routier visée par le gouvernement, le ministère des Infrastructures et du Désenclavement, à travers le Fond spécial d’entretien routier, a entrepris la réhabilitation de ce tronçon.

Ces travaux portent essentiellement sur le traitement des nids de poules et le revêtement en béton  bitumineux. Le coût total des travaux est estimé à 12 milliards 397 millions 740 mille 759 FCFA TTC avec un délai d’exécution de 18 mois hors saison pluvieuse. Le groupement SOGEDIM BTP SARL/ SOBATRAP est chargé de l’exécution des travaux. Le suivi et le contrôle des travaux ont été confiés au bureau d’étude ACIT Géotechnique. Selon son Directeur général Jean-Marie Toé : ‘’Il s’agit de remettre ce tronçon au standard des routes communautaires de l’UEMOA et cela doit consister à élargir la voie et à renforcer la base existante de façon partielle, avec le traitement des nids-de-poule et du reste du tronçon et revêtue en béton bitumineux’’.

Environ 800 véhicules poids lourds/jour

La RN8, c’est environ 800 véhicules poids lourds par jour. Au regard donc de l’importance du trafic sur ce tronçon, le ministre des Infrastructures et du Désenclavement Adama Luc Sorgho est persuadé que sa réhabilitation donnera un nouveau souffle aux activités économiques, notamment le développement des échanges nationaux et intra régionaux avec les pays voisins principalement avec le Mali. Après s’être rassuré du démarrage effectif des travaux de réhabilitation, le ministre et ses plus proches collaborateurs se sont rendus sur la RN7 (Bobo-Dioulasso- Banfora). Ce tronçon long d’environ 85,5 km a fait l’objet d’entretien périodique en mars 2014. Mais aujourd’hui, il se trouve dans un état de dégradation avancée.

Réhabilitation de l’axe Bobo- Banfora en vue

Il s’est agi également pour le ministre et son équipe de constater l’état de cette route qui débouche sur la frontière ivoirienne et qui, selon lui, a besoin d’être réhabilitée. ‘’Des discussions sont en cours avec certains bailleurs de fonds notamment la BID, la BAD et la Banque mondiale, pour la réhabilitation de l’infrastructure’’, a-t-il indiqué. Dans la cité du paysan noir, le ministre en charge des infrastructures en n’a profité pour échanger avec le personnel de la direction régionale des Cascades et visiter la voirie urbaine. Au constat, les travaux routiers entrepris dans le cadre du 11 décembre 2020 sont achevés à la grande satisfaction du ministre Adama Luc Sorgho. ‘’Tout ce qui est entretien courant en 2023 sera du ressort des directions régionales pour la meilleure qualité des ouvrages. Pour cela, nous avons entrepris des formations à leur endroit notamment en matière de passation des marchés et de contrôle’’, a-t-il déclaré en réponse à l’une des préoccupations soulevées lors du face-à-face avec le personnel de la direction régionale des Cascades. Une promesse qui a réjoui le directeur par intérim en charge des infrastructures de la région, Karim Traoré, qui n’a pas manqué également de saluer cette visite du ministre.

Ousmane TRAORE

Fermer le menu
elit. Lorem dapibus quis, ultricies luctus