Rencontre colonel Malik Diaw- Roch Kaboré : Autres temps autres mœurs politiques!

La junte a fait son coup d’Etat au Mali mais la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) n’en veut pas. Les négociations n’ayant pas abouti pour une réinstallation au pouvoir du président déchu, place à une diplomatie de négociation portant pour l’essentiel sur la levée de sanctions sur le Mali des putschistes et la durée d’une période de transition avec ou sans les militaires aux premières commandes. Le vice-président du Comité national du salut du peuple (CNSP), Colonel Malick Diaw a donc fait le déplacement du Burkina ce jeudi, pour cette cause urgente. Il est venu voir le président Roch Marc Christian Kaboré pour plaider leur cause. Qu’en sortira t-il? La démarche de ces soldats a un air de déjà vu, l’époque des coups d’État dont on prenait note dans les autres pays africains et au-delà, sans plus. Une époque apparemment révolue et pour de bon car on ne parvient plus, démocratie oblige, a s’emparer du pouvoir d’État par la voie des armes sans se mettre au banc de la communauté africaine et internationale. Si l’ex-président malien Ibrahim Boubacar Kéïta ne veut plus de ce fauteuil présidentiel comme il ressort des commentaires sur le sujet, les militaires n’en sont pas pour autant au bout de leur peine pour imposer leur plan à la tête du Mali. Il va falloir jouer serré pour s’imposer, si tant est que cette option leur soit réaliste et fructueuse. Il leur serait peut être plus profitable de ne pas trop tirer sur la corde en restant à côté afin que les nobles objectifs qui les ont poussés a l’action ne soient pas noyés. Quels peuvent ils être ces nobles objectifs: mettre de l’ordre dans la maison Mali au plan gouvernance, restauration d’une autorité d’État, mettre fin au laissez- aller en matière de gestion financière étatique, vaincre le terrorisme au Nord… Cela, personne ne peut le leur refuser!

Sibiri SANOU

Fermer le menu
amet, ut at consequat. justo fringilla leo. libero adipiscing massa consectetur