Santé : 185 ambulances au profit des communes

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré a procédé à la remise officielle de 185 ambulances sur les 300 promis par le Président du Faso aux communes. C’était le 23 juin 2020 à Ouagadougou en présence du ministre de la Santé, Claudine Lougué et des gouverneurs des 13 régions du pays.

300 ambulances au profit des communes du pays et la mise en place d’un Service d’aide médicale urgente (SAMU) au Burkina Faso. Telle était la promesse faite par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré dans son programme présidentiel pendant les élections de 2015. Cette promesse s’est en partie réalisée. En effet, il a remis 185 des ambulances le 23 juin dernier aux communes bénéficiaires. Promesse est faite de livrer le reste à la fin du mois de juillet en complément de ce lot. Sur les 185 ambulances reçues, 181 sont de type A, tandis que 4 sont de type SAMU. Les ambulances de types A sont des ambulances légères conçues et équipées pour le transport sanitaire des patients dont l’état de santé ne laisse pas présagé une situation de détresse présente ou future. Ce sont des ambulances de marque Mitsubishi de type Pajero, équipées de places assises pour l’agent de santé et pour les accompagnants des malades. Quant aux ambulances de type SAMU, ce sont des ambulances de secours et de soins d’urgence de type B et C, pratiquement identiques, conçues et équipées pour le transport, les premiers soins, les soins intensifs et la surveillance des patients durant tout le transfert. Selon le Premier ministre, ces ambulances seront reparties entre 302 communes rurales, 49 communes urbaines dont 2 à statut particulier à savoir Bobo-Dioulasso et Ouagadougou qui comprennent chacune plusieurs districts. Les ambulances de types A au nombre de 262 à terme sont destinés aux CSPS, CM, CMA, les types SAMU au nombre de 38 iront aux CHR, CHU et SAMU. “Toutes les communes ne seront pas dotées car n’étant pas dans la même situation. La répartition a été faite suivant des critères tels que les communes qui ne disposent pas encore d’ambulances, les communes qui ont des ambulances défectueuses, les communes ayant une population élevée et les communes éloignées des centres de référence”, a-t-il souligné. Christophe Joseph Marie Dabiré a par ailleurs exhorté les utilisateurs à entretenir ces ambulances pour une meilleure prise en charge de la santé des populations.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
risus. Curabitur in eleifend at adipiscing mi, eget Aenean sem,