Secteur agricole : Une carte professionnelle aux multiples avantages

Le ministère de l’Agriculture, en collaboration avec la Chambre nationale d’agriculture (CNA), a procédé au lancement de l’enregistrement massif des exploitations agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques (ASPHF) et de la remise de cartes professionnelles aux exploitants. C’était le 19 mars 2021 à Ouagadougou.

Cette action permettra de réaffirmer la place des professions agricoles dans le paysage des métiers au Burkina Faso, selon le ministre

C’est fait ! Désormais, les exploitants agro- sylvo- pastoraux, halieutiques et fauniques peuvent se faire enregistrer et avoir une carte professionnelle  auprès de la Chambre nationale d’agriculture (CNA). Ce processus d’enregistrement des exploitants selon le ministre de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo, fait suite au constat selon lequel ce secteur qui constitue un levier de développement du pays, n’était pas valorisé et n’avait pas un statut bien défini. Ainsi, suite aux décrets d’application de la loi du 22 octobre 2015 portant orientation agro-sylvo -pastorale, halieutique et faunique, il a été confié à la CNA l’enregistrement des exploitations (ASPHF) . L’enregistrement de près de 5 millions d’exploitations est attendu pour 2025, selon le ministre. Cet enregistrement constituera une garantie pour les producteurs  au niveau de la banque et du fonds de développement agricole pour avoir un financement. Il permettra aussi à la CNA d’avoir une base de données de l’ensemble des producteurs du pays afin de mieux s’organiser et mettre en place des mécanismes pour mieux atteindre ses objectifs. Selon le président de la CNA, Moussa Koné, sa structure compte enregistrer en 2021 environ 100 mille producteurs par région, soit 1,300 million producteurs pour l’ensemble des 13 régions. Le coût de l’enregistrement des exploitations et de la délivrance des cartes, varie entre 2500 et 25 000 FCFA selon le niveau de revenu des producteurs. Ce prix a été fixé à la suite de différentes concertations de sa structure en tandem avec l’ensemble des organisations professionnelles agricoles. Selon lui, cette carte dont la validité est de 5 ans, va entre autres permettre aux exploitants de bénéficier des appuis et subventions publics et des avantages du code d’investissement ASPHF. “Il est ouvert au sein des Chambres régionales d’agriculture 4 types de registres en fonction de la catégorie d’exploitation. Il y a un registre pour les exploitations familiales individuelles, un pour les exploitations familiales collectives, un pour les entreprises individuelles et un autre pour les entreprises sociétaires», a informé Moussa Koné. Selon Salifou Ouédraogo, son département a mobilisé 2 projets pour accompagner ce processus d’enregistrement. Cette cérémonie de lancement officiel de l’enregistrement massif des exploitants ASPHF a été placée sous le patronage du Premier ministre représenté par le ministre de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo, par ailleurs parrain de ladite cérémonie. Elle a été marquée par une remise symbolique de cartes à des exploitants et leur certificat d’enregistrement d’exploitation agricole.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
odio Phasellus elit. ante. quis elit.