Semaine de la sécurité routière 2023 : “Mon casque, mon compagnon de route” dans la circulation

Le ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, à travers la Direction générale de l’Office national de la sécurité routière (ONASER), a procédé, hier 7 août 2023 à Bobo-Dioulasso, au lancement officiel des activités de la 7ème édition de la Semaine de la sécurité routière (SSR). La cérémonie a été présidée par le Premier ministre Apollinaire Joachimson Kyélem de Tambèla.

La 7ème édition de la Semaine de la sécurité routière (SSR) se tient du 07 au 13 août 2023. «Mon casque, mon compagnon de route», c’est sous le thème qu’elle va sé dérouler.. Le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Roland Somda, a expliqué le sens de cette Semaine dont l’objectif est de fédérer les efforts des acteurs dans la promotion des bonnes pratiques de la sécurité routière. Pour lui, il s’agit à travers cette action, d’impliquer les populations en l’occurrence celles de la ville de Sya dans la lutte contre l’incivisme routier afin de réduire considérablement les multiples accidents qui endeuillent les familles.

Le fléau touche principalement la jeunesse et selon le ministre, se référant aux données issues de l’étude d’élaboration d’une stratégie nationale sur le port du casque, «environ 72% des utilisateurs de motocycles impliqués dans les accidents de la circulation subissent des traumatismes crâniens dont la prise en charge coûte cher à l’Etat et aux parents des victimes». «Le port du casque n’est certainement pas une solution miracle, mais il est l’un des moyens les plus appropriés de protection dont l’usage est à même d’amoindrir les conséquences néfastes des traumatises dus aux accidents de la circulation routière», renchérit le chef du département des transports. C’est pourquoi, celui-ci a invité les usagers d’engins à deux roues motorisées à porter le casque et à respecter les autres règles de la circulation routière.

«Nous sommes toujours dans la phase de sensibilisation…»

Les accidents de la circulation constituent la 8ème cause de décès dans les pays à faibles revenus. C’est pour cette raison que le ministre en charge de la Communication, Jean Emmanuel Ouédraogo, s’exprimant au nom des parrains de cette édition, a salué l’engagement de l’Etat pour les actions entreprises en vue de l’amélioration de la sécurité routière dans notre pays. Selon lui, “la SSR contribuera à la réduction du nombre ainsi que de la gravité des accidents des utilisateurs d’engins à deux roues”.

Le Premier ministre, Apollinaire Joachimson Kyélem de Tambèla, a déclaré que l’insécurité routière fait assez de victimes au Burkina et l’objectif du Chef de l’Etat c’est de préserver les vies humaines sur nos routes. Selon le chef du gouvernement, les citoyens ignorent toujours les principaux facteurs de risque qui sont entre autres, la vitesse, la surcharge, le non-port du casque et de la ceinture de sécurité. «Nous sommes toujours dans la phase de sensibilisation, mais bientôt nous allons passer à la répression», prévient-il. Et d’annoncer que très prochainement le code de la route sera inclus dans les programmes scolaires depuis le primaire pour que les populations, en l’occurrence la jeunesse, puissent bien cerner les règles de la circulation routière.

En attendant, le ministre en charge des Transports lance un appel à un changement de comportement et à donner l’exemple autour de soi. «Beaucoup, surtout les plus jeunes nous observent. Il nous faut donc leur donner une éducation par l’exemple», conseille-t-il aux forces vives de la région rassemblées dans la salle de spectacle de la Maison de la culture de Bobo pour l’occasion. Plusieurs activités sont au programme de la SSR 2023. Il s’agit notamment d’une caravane sur le port du casque, des conférences, des émissions radiophoniques, la nuit des partenaires, des séances de sensibilisation et des contrôles routiers.

Ousmane TRAORE