Tribune : Est-ce donc à Bobo-Dioulasso seulement que les maires ont mal géré ?

Les auditions et l’emprisonnement en cascade des maires de la commune et des arrondissements dans la commune de Bobo-Dioulasso, posent tout de même problème. Avec légitimité, l’on peut se poser la question de savoir si c’est seulement à Bobo-Dioulasso que des maires et des conseillers municipaux ont maladroitement géré des deniers publics.

On peut aussi s’interroger car tout porte à croire que c’est à Bobo-Dioulasso que la justice est diligente pour traiter les questions de mauvaise gestion des conseillers municipaux et des maires. Mieux, on peut encore croire que c’est à Bobo-Dioulasso seulement que les institutions et organes de lutte contre la corruption et la mal gouvernance des deniers publics sont efficaces pour traquer ou croquer du maire.

En effet, le premier des maires d’arrondissements à avoir été mis en prison le 10 févier 2021 est Sirima Herman, maire de l’arrondissement 7 alors qu’il était toujours en fonction. Il lui avait été reproché des faits d’escroquerie, de délit d’apparence, d’acceptation de cadeaux indus, de blanchiment de capitaux et de stellionat dans le cadre d’une affaire de vente de parcelles. Il a passé au moins neuf mois en prison avant d’être mis en liberté provisoire. Jusqu’à présent, il attend son jugement. Pendant que Sirima était en prison, ce sont les 23 conseillers municipaux de son conseil qui sont poursuivis pour acceptation de cadeaux indus, en l’occurrence des parcelles. Le dossier est pendant devant un tribunal à Ouagadougou.

Après lui, c’est Bakoné Millogo, ex-maire de l’arrondissement 4 d’être convoqué, auditionné et mis en tôle le 23 décembre 2022. A lui, il est aussi reproché des faits de flagrant délit de corruption et d’acceptation de cadeaux indus. A cette première inculpation est venue s’ajouter une deuxième portant pratiquement sur les mêmes faits, à savoir le blanchissement de capitaux et l’abus de fonction.

Le 23 mai dernier, c’est au tour de Sitlè Hippolyte Sanou, ex-maire de l’arrondissement 6 d’être déposé à la Maison d’arrêt et de correction de Bobo-Dioulasso. Il lui est reproché des faits de népotisme et d’abus de fonction. En clair, le tribunal lui reproche d’avoir usé de sa position de maire pour prendre des décisions qui ne relèvent pas de lui et d’avoir offert des faveurs à des proches alors qu’ils n’en avaient pas droit.

Alors que Sitlè Hippolyte et Bakoné Millogo étaient toujours dans les liens de la justice, c’est Bourahima Sanou, l’ex-maire de la commune lui-même d’être inculpé et déposé le 29 mai à la Maison d’arrêt et de corruption de Bobo-Dioulasso. A l’ex-maire Bourahima Sanou, il est reproché des faits d’enrichissement illicite, d’abus de fonction, de blanchissement de capitaux et d’acceptation de cadeaux indus. Quand on sait que les maires des arrondissements 2 et 3 sont dans le collimateur de la justice, il ne faut pas être surpris de les voir devant le parquet et conduits à la Maison d’arrêt.

S’il est vrai que chacun doit répondre de ses actes devant la justice, il est aussi vrai que ce n’est certainement pas seulement à Bobo-Dioulasso qu’il y a eu des manquements à l’orthodoxie de la gestion financière des deniers publics. Alors !

Dabaoué Audrianne KANI

Fermer le menu
nec Curabitur felis libero risus. facilisis ut quis, Praesent et, libero.