Vente de fournitures scolaires : Le ministre Harouna Kaboré en campagne contre la surenchère des prix

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré entend combattre fermement toute hausse des prix des fournitures scolaires. Il a lancé hier lundi 13 septembre 2021 à Bobo-Dioulasso, la campagne nationale de contrôle et de vérification sur toute la chaine de distribution : les grossistes, les demi-grossistes et les détaillants.

«Rien ne justifie actuellement une hausse des prix des fournitures scolaires », dixit Harouna Kaboré, ministre de l’Industrie, du Commerce, et de l’Artisanat. Les stocks actuellement disponibles dans les magasins des commerçants doivent donc être vendus aux parents d’élèves aux prix habituels, sans tenir compte de la période de rentrée scolaire. C’est à l’occasion du lancement officiel de la campagne de contrôle de ces produits de grande consommation que le ministre a fait cette mise au point en visitant des magasins dans la ville de Bobo-Dioulasso. Chez un grossiste et un détaillant, le ministre s’est enquis des prix de vente pratiqués sur les lieux, tout en procédant à des vérifications techniques. Il s’est également entretenu avec les commerçants et des clients pour leur expliquer le bien-fondé de cette campagne de vérification en encourageant les bonnes pratiques et en mettant en garde contre les manquements. « La règlementation prévoit des sanctions en cas de manquement. Cela va d’une amende de 500 mille FCFA à 500 millions FCFA».

Des amendes de 500 mille FCFA à 500 millions FCFA contre les manquements

Un des manquements fréquents qui a pu être constaté par le ministre Harouna Kaboré lors de sa visite, c’est le non-respect des enseignes. En effet, tout magasin doit clairement indiquer qu’il s’agit là d’un grossiste (importateur), un demi-grossiste ou un détaillant et le respect des prix doit suivre cette indication. Avant la tournée dans les magasins, le ministre, s’adressant aux officiels présents et à la presse, a justifié cette campagne par le contexte particulier de la rentrée scolaire. « Certains commerçants pourraient être tentés de renchérir les prix des articles scolaires ». Afin donc d’éviter cette surenchère et permettre ainsi aux parents d’élèves et étudiants de vivre cette rentrée en toute quiétude. « Comme à l’accoutumée, mon département mène des opérations de contrôle des prix et des procédures d’importation des fournitures scolaires », rappelle le ministre.

Si le lancement officiel a ainsi eu lieu ce lundi dans la ville de Bobo-Dioulasso, il faut noter cependant que ces opérations de contrôle ont débuté depuis quelques semaines et se poursuivent sur toute l’étendue du territoire national. Il  s’agit concrètement pour les équipes de contrôle, de vérifier le respect de la règlementation dans le secteur, en l’occurrence le respect des prix, des marges bénéficiaires, de la publicité (affichage, marquage, étiquetage), des conditions d’importation, des dispositions relatives au commerce de distribution. Le ministre invite les commerçants au respect de la règlementation et à se départir de toute pratique commerciale illicite. « Quant aux consommateurs, je les invite à dénoncer tout cas de pratique illicite qu’ils viendraient à constater en appelant aux numéros verts suivants : 80 00 11 84 ; 80 00 11 85 ou 80 00 11 86 ».

Sibiri SANOU

Fermer le menu
eleifend diam elit. quis ut at