Victimes d’allégation et de violence : Composer désormais le 80 00 12 94

Dans le cadre de la promotion, de la protection et de la défense des droits humains, la Commission nationale des droits humains a procédé, le mercredi 31 mars 2021 à Ouagadougou, au lancement officiel de son site web et du numéro vert.

Nous voulons à travers ce site web et ce numéro vert, promouvoir, protéger et défendre les droits humains

C’est maintenant officiel, la Commission nationale des droits humains (CNDH) a lancé son site web http://cndhburkina.bf et le N° vert 80 00 12 94. Ces outils ont  pour objectif d’abord  de faire la promotion et la protection des droits humains au Burkina, ensuite, informer sur ses activités de la CNDH. Ils sont aussi un moyen pour saisir la commission pour toute allégation de violation de droits humains, de dénonciation en ligne tout cas de violation des droits humains. Pour le président de la commission national des droits humains, Khalifa Rodrigue Namoino, c’est dans le souci de  rapprocher l’institution des populations et rendre plus visibles ses actions, et faciliter  sa saisine par des porteurs de réclamation que la CNDH s’est dotée d’un site internet et d’un numéro vert.  Selon lui, Le site web et le numéro vert ont été réalisés grâce au projet « Appui à la commission nationale des droits humains pour la mise en œuvre de ses missions en matière de promotion et de protection des droits humains » financé par l’Union européenne. Il invite la population à s’approprier le site web et le numéro vert. « Je vous invite à son appropriation effective, non seulement en le visitant chaque fois que de besoin, mais aussi en formulant des recommandations et suggestions pour son améliorations, pour une mise en œuvre efficiente et efficace des missions de la commissions », a t-il indiqué.

Pour  l’ambassadeur de l’Union européenne au Burkina Faso, Vetter Woccasion, les droits de l’homme constituent un important domaine de coopération entre l’Union européenne et le Burkina. « J’espère que ces outils constitueront des moyens dont se servira la CNDH pour répondre aux nombreuses attentes qui lui seront adressées. Je profite réitérer l’engagement de l’Union européenne auprès de l’État burkinabè et de tous les acteurs nationaux pour faire avancer la question des droits humains qui bénéficient du reste, d’un cadre juridique et institutionnel », a t-il déclaré.

Odom YANOGO

Fermer le menu
risus. ut ut elit. non mi, odio