4 août 1983- 4 août 2020 : Cela fait 37 ans après l’avènement de la Révolution

Il y a de cela 37 ans, le capitaine Thomas Sankara proclamait la Révolution démocratique et populaire en Haute Volta, actuel Burkina Faso. Dirigé par le Conseil national de la Révolution (CNR), ce régime dit anti-impérialiste, selon Thomas Sankara, devait permettre à la Haute Volta devenue Pays des Hommes intègres, de prendre son destin en main et d’assumer sa révolte. Il va appeler le peuple au rejet d’idéologie de soumission, de mendicité, de fatalité, de corruption ou de tout acte caractérisant la domination étrangère. Le président Sankara va engager de grandes reformes dans tous les domaines socio-économiques, culturels et institutionnels. Des retenues d’eau aux postes de santé en passant par de nombreuses écoles, la bataille du rail… les valeurs telles que l’intégrité, l’ardeur au travail et la justice étaient au rendez-vous de la gouvernance entre 1983-1987.

Malheureusement, le 15 octobre 1987, un coup d’Etat sanglant lors duquel Thomas Sankara trouve la mort, met fin au régime du CNR.

Trente sept ans après ce régime quelles leçons tirées ? Que peut-on retenir de ce régime ? L’idéologie de ce régime sert-il d’exemple dans la vie politique du Burkina actuel ? Pas si sûr ! Le capitaine Thomas Sankara doit-il rester une référence sure pour les politiques burkinabè ? Assurément Oui, pour la grande majorité des Burkinabè et même au-delà de nos frontières.

K. Serges Paulin SANOU 

 

Fermer le menu
dolor libero. Lorem nunc accumsan ut massa libero