60 ans de Radio Bobo : ‘‘Cet anniversaire est essentiel pour montrer ce que Radio Bobo représente’’

Radio Bobo fête son 60ème anniversaire les 16 et 17 mars 2023. Pour l’occasion nous avons rencontré la Directrice régionale de la RTB2 Hauts-Bassins, Evelyne Dabiré. Dans l’interview qui suit, elle nous parle entre autres du sens de cette célébration et du programme d’activités qui a été concocté pour cette fête.

Dites-nous quelle a été la date d’ouverture de Radio Bobo ?

Il faut dire que Radio Bobo a connu d’abord une phase d’essais de 03 mois. C’est-à-dire octobre, novembre, décembre 1962. C’est en janvier 1963 que Radio Bobo a véritablement ouvert ses portes avec pour Directeur Pierre BARRY.

Pourquoi fêter le 60e anniversaire ?

Soixante (60) ans dans la vie d’une structure, cela montre la maturité, l’engagement, le désire de toujours progresser avec différentes générations. Pour nous il est donc essentiel de marquer d’une pierre blanche ces 60 ans afin de montrer aux générations présentes ce que Radio Bobo représente, et aux anciennes générations leur faire un rappel et revenir à de bons souvenirs. Aussi, faire comprendre à la génération future, que la Radio, en tant que média, est un média de proximité pour nous, et inviter la jeune génération à se rapprocher de la Radio. Parce que, quoi qu’on dise, la radio est le premier canal de communication qui est proche à la population.

 Quelles ont été les grandes mutations qui ont marqué la vie de Radio Bobo ?

Soixante (60) ans c’est beaucoup et quand les moyens techniques ne dépendent pas obligatoirement de nous, nous suivons ces évolutions parfois imposées, parfois souhaitées. Au niveau de la technologie, il y a eu des évolutions qui nous sont imposées à la limite, parce que passer de l’analogie au numérique ce n’est pas forcement un choix voulu, donc à ce niveau nous avons évolué et j’estime positivement. Parce que partir de 100 w de puissance d’émetteur depuis octobre 1962 jusqu’à 10 ans, après la Radio Bobo a eu une mutation, puisque la capacité est passé à 150 w. Mais le grand changement est venu avec la Révolution où on est passé à 500 w. Mais avec la volonté politique d’étendre encore Radio Bobo sinon la voix de la population plus loin, avant la fin de ce mois de mars nous serons à 2 kilowatts. Donc nous pourrons atteindre les frontières maliennes et ivoiriennes, voire même aller au- delà. 

Quelles sont vos difficultés actuelles ?

Les difficultés ne manquent pas. Et je profite de cette occasion pour remercier la direction générale de la RTB au nom de la population et des agents de la RTB Hauts-Bassins. Parce qu’il y a déjà des travaux qui ont été effectués pour que nous puissions améliorer le son. Il y a deux semaines, le son nous lâchait. Donc aujourd’hui, nous souffrons de la vétusté des matériels. Il y a encore beaucoup à faire parce que nous ne sommes pas encore montés avec la Radio au niveau de la TNT, alors que nous sommes obligés d’aller vers cette évolution pour parfaire nos productions et être écoutés beaucoup plus mieux et plus loin. La hiérarchie travaille sur cela déjà. Il y a également la vétusté des locaux, et à cela s’ajoute un problème d’archivage. Nous voudrions un espace assez aéré et un personnel spécialisé en archive, cela nous permettra d’archiver et les bandes et les disques. Parce que pendant plus de 30 ans Radio Bobo a travaillé en analogie. Donc, tout le contenu est consigné dans des disques et sur des bandes alors que les bandes s’effritent au fil du temps. Il y a eu la nécessité de copier ce contenu sur du numérique.

Rappelez nous la fréquence de Radio Bobo et quel est aujourd’hui son rayon de couverture ?

Aujourd’hui pour écouter Radio Bobo, il suffit d’aller sur la fréquence 89.8 FM. Le rayon de couverture est de 100 kilomètres à la ronde. Mais dans très peu de temps, nous allons renforcer notre émetteur qui passe maintenant à 02 Kw. Ce qui fait que nous allons émettre jusqu’à atteindre les frontières avec la Côte d’Ivoire et le Mali. Parce que nous estimons que Radio Bobo a suffisamment d’outils pour éduquer et sensibiliser à la cohésion sociale entre les populations dans ce contexte d’insécurité. Nous sommes dans une zone frontalière, il est donc essentiel que les messages du pays portent jusque dans ces zones afin que nos frères qui y vivent aient du réconfort.

Qu’est ce qui a motivé le choix du thème de ces 60 ans ?

Au début, nous nous sommes demandés est ce qu’il faut mettre en avant la cohésion sociale, ou la volonté de rayonner et de faire passer un message. Au final nous avons choisi ’60 ans de Radio Bobo, quelle Radio pour quel public à l’ère du numérique’’, tout simplement parce que nous sommes dans un contexte où les médias sociaux et le numérique ont pris le pas sur les autres médias. C’est pourquoi aujourd’hui vous aller remarquer que même les médias traditionnels comme la Radio sont obligés de passer par le canal de l’internet pour pouvoir atteindre d’autres sommets. Alors, nous nous sommes dit que pourquoi pour ces 60 ans, ne pas réfléchir sur le contexte dans lequel nous évoluons actuellement, et voir par rapport à tout cet environnement communicationnel, comment faire que Radio Bobo puisse rayonner encore plus. Parce qu’autant certains utilisent ces canaux pour élargir la fracture sociale, autant Radio Bobo utilise ces mêmes canaux pour donner des informations qui rassemblent, parce que la Radio est faite pour rassembler.

Et quelles sont les activités prévues ?

Nous avons regroupé les activités en deux jours de commémoration. Le premier jour, c’est-à-dire le jeudi 16 mars 2023, nous aurons à l’ouverture une mini foire ici même au niveau de la maison pour mettre en valeur les produits locaux que nos braves concitoyens transforment. En plus il y aura l’ouverture de la journée porte-ouverte pour montrer à la population d’où nous sommes partis et à quel niveau nous sommes. Parce que quand nous disons Radio Bobo à l’ère du numérique, cela voudrait dire que nous ne sommes pas nés de cette ère du numérique. Et à partir de 10 h il y aura des panels. On aura essentiellement trois thèmes. « Quel avenir et quel public pour Radio Bobo à l’ère du numérique et des réseaux sociaux » qui sera animé par l’éminent conférencier Baba HAMA, ensuite « Radio Bobo d’hier à aujourd’hui, les nouveaux défis » qui sera animé par l’enseignante Mafarma SANOGO. Et enfin, le dernier thème pour faire un clin d’œil à la proximité dont nous nous réclamons, c’est la «diversité linguistique sur Radio Bobo, rôle et place des langues nationales dans la promotion du vivre-ensemble » animé par Sita KAM, ancienne chef de service de Radio Bobo. Parce que nous souhaitons être proche de la population, nous parlons différentes langues, et nous voulons utiliser cet acquis pour construire une cohésion sociale. Bobo étant une ville cosmopolite, il faut que nous parlons pour avoir une cohésion sociale. Toujours le jeudi dans l’après midi, nous aurons une séance d’aérobie. Enfin le vendredi 17 mars, c’est la cérémonie officielle à partir de 9 h. Nous avons l’honneur que cela sera présidé par le ministre. Le président du Conseil supérieur de communication sera également présent ainsi que les différents parrains qui vont nous accompagner.

Vos mots de fin ?

J’appelle la population de Bobo à faire siennes toutes ces activités. Les portes des activités lui sont ouvertes. Ce sont les 60 ans de leur Radio. Il serait bien qu’elle puisse venir la visiter, participer à la journée porte-ouverte et écouter les panels pour savoir d’où est parti leur Radio pour être à ce niveau. La population doit aussi venir, à défaut de pouvoir s’amuser, montrer à la petite vieille Radio ce qu’elle a été et ce qu’elle est pour elle. Nous, nous nous engageons à toujours travailler pour qu’elle demeure.

Interview réalisée par Ousmane TRAORE

Ousmane ZANTE

Fermer le menu
quis, Praesent odio justo id libero id, ipsum