Assemblée nationale : La session des lois s’ouvre dans un contexte particulier

En présence des invités venus du Bénin et du Mali, la première session 2021 de l’Assemblée nationale a pris forme conformément à la tradition du premier mercredi du mois de mars selon la constitution. Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a officiellement ouvert cette session dite session des lois ce mercredi 03 mars 2021.

Les présidents des parlements du Bénin (Louis Vlavonou) et du Mali (Malick Diaw) aux côtés du Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré à l’ouverture de la 1ère session 2021

 

L’article 87 de notre Constitution stipule  que : «l’Assemblée nationale se réunit de plein droit chaque année en deux sessions ordinaires. La première s’ouvre le premier mercredi du mois de mars et la seconde le dernier mercredi du mois de septembre». Cette première  session de l’année  est consacrée aux lois. Elle sera consacrée à l’examen de plusieurs projets de loi parmi lesquels le projet de loi portant protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel ; celui portant loi d’orientation du tourisme au Burkina Faso ; le projet de loi portant régime de sécurité sociale applicable aux agents publics de l’Etat ; celui portant régime de sécurité sociale applicable aux travailleurs salariés et assimilés. A ces projets de lois, il faut ajouter le projet de loi portant modification de la loi n°001-2016/AN du 24 mars 2016 portant création d’une commission nationale des droits humains et le projet de loi portant modification de la loi n°022-2014/AN du 27 mai 2014 portant prévention et répression de la torture et des pratiques assimilées.

Alassane Bala Sakandé, le président de l’Assemblée nationale le dira « un passé nous a divisés certes, mais le futur doit nous rassembler»

Pour le président de l’Assemblée nationale, cette session  s’ouvre  dans un contexte particulier. Sur le plan sanitaire, il y a propagation du coronavirus, la situation sécuritaire marquée par le terrorisme dans notre pays. Au plan politique, cette session des lois s’ouvre au moment où le chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré entame son second quinquennat. Et pour ce quinquennat, le président du Faso a pris l’engagement de la réconciliation nationale. S’exprimant sur ce sujet, Alassane Bala Sakandé dira que c’est une question qui suscite des débats mais aussi sensible que complexe. Pour lui, « un passé nous a divisés certes, mais le futur doit nous rassembler. Réalisée, la réconciliation nationale sera le ciment de notre unité, le levain de notre progrès, le glaive, la balance et le bandeau de notre justice pour le bonheur de notre peuple ». Aux députés, Alassane Bala Sakandé leur dira : «le meilleur moyen de servir le peuple étant de lui donner les moyens de se servir lui-même, alors offrons lui les lois les meilleures dont il a besoin pour être l’artisan de son propre bonheur».  Les deux invités, le président de l’Assemblée nationale du Bénin Louis Vlavonou et le président du Conseil national de la transition du Mali Malick Diaw se sont réjouis d’être les hôtes du président Bala Sakandé à  l’ouverture de cette session des lois au Burkina Faso.

Firmin OUATTARA

Fermer le menu
ut dolor. mi, mattis dolor porta. quis