Au palais de justice de Bobo : ” Je n’ai même pas reçu un rond de l’héritage de mon frère”

S.A est poursuivi pour avoir dissipé les biens appartenant à son frère aîné. Mais, le parquet a estimé qu’il n’y a pas d’infraction contre lui dans cette affaire. De ce fait, demande au tribunal de le relaxer.

Il s’agit d’une affaire d’héritage dans la famille Y. Dans laquelle le père est décédé en 2019 laissant derrière lui trois cours dont une en Côte d’Ivoire et deux à Bobo-Dioulasso, une voiture, un camion, des magasins et de l’argent en banque. Il se trouve que le regretté est polygame de deux femmes et père de cinq enfants. Après son décès, S.A, un frère du défunt, en complicité avec d’autres frères, se sont accaparés les biens qui devraient revenir à la famille du défunt. Très rapidement, il a décidé de chasser l’une des femmes de son frère décédé. Il s’est comporté comme le chef de famille en usant les biens de son frère défunt. S.A et d’autres frères se sont transformés en héritiers de leur frère décédé. Après une série de dénonciations, S.A a été placé sous mandat de dépôt.

A la barre, le lundi 16 janvier 2023, il a nié les faits qu’on lui reproche. Mais tout de même, le juge lui a posé la question de savoir combien il a reçu de cet héritage. Il répond : ” Je n’ai même pas reçu un rond de l’argent du défunt”.

L’une des femmes du défunt présente à l’audience s’est constituée partie civile. Elle réclame au titre des dommages et intérêts la somme de plus d’un million F CFA.

Le Ministère public a estimé que la culpabilité de S.A n’est pas engagée, faute d’éléments de preuve. Par conséquent, le Ministère public demande au tribunal de relaxer le prévenu. L’avocat de la défense a réitéré les mêmes arguments du parquet. Il a plaidé pour une infraction non constituée dans cette affaire. ” Mon client n’a pas dissipé l’argent du défunt. Il a utilisé les biens comme il se doit”, a affirmé l’avocat.

Le dossier est mis en délibéré pour le 30 janvier 2023.

Rappelons que le prévenu S.A a une fois été condamné par le tribunal correctionnel de Bobo, il y a de cela 15 ans.

                                                                                                                    Ben Alassane DAO

 

Fermer le menu
Sed et, leo. diam libero ut accumsan tristique Nullam Donec