Bobo/Kokorowé : Les Peuls et les Bobos ont bu le lait et mangé le shitoumou

L’initiative est venue de Kokorowé qui a délégué, ce samedi 9 octobre, des émissaires chez le chef de canton de Bobo-Dioulasso et chez le chef peul. Pour les remercier des efforts consentis et qui ont permis de trouver une solution définitive à la crise qui opposait Peuls et Bobo de la localité.

Chez le chef de canton, la délégation conduite par Alfred Sanou, en sa qualité de personne-ressource, qui s’est fortement impliqué dans la résolution de cette crise, il a été question de dire « merci » au Chef pour son implication personnelle dans la résolution de cette crise. A son tour, le chef de canton n’a pas manqué de prodiguer des conseils pour le vivre-ensemble entre les Bobos et toutes les autres communautés vivant dans la zone.

Il a fortement encouragé Alfred Sanou qui s’implique toujours quand il s’agit de question de développement et de cohésion sociale dans le Bobo-Mandaré. Il a aussi encouragé Alain Sanou, 4e adjoint au maire de la commune et ressortissant de Kokorowé et Christophe Sanou, maire de l’arrondissement 5 pour leur implication dans la résolution de cette crise.

Après le chef de canton, la délégation s’est rendue chez le chef de la communauté peule de Bobo-Dioulasso. Là-bas aussi, il s’est agi pour les émissaires de souligner que la résolution de cette crise permet aux deux communautés de reprendre la vie ensemble comme c’était le cas durant des années. Car, a dit un de la communauté peule, « cette crise n’honore ni les Peuls que nous sommes, ni les Bobos que vous êtes. Car, notre vivre-ensemble, à travers la parenté à plaisanterie, a toujours été pris comme exemple pour illustrer ce que doit être le Burkina Faso ». Les membres de la communauté peule ont salué la démarche des Bobos et ont promis à leur tour d’aller à Kokorowé pour sceller définitivement la réconciliation.

D’un côté comme de l’autre, tout le monde a salué le dépassement de soi qui a permis les retrouvailles pour une renaissance de relations plus fortes entre les deux communautés dans le respect des différences.

                                                                               Séry Aymar Bognini

Fermer le menu
dolor. suscipit quis sed luctus ut Aenean ut venenatis, Lorem sem, tristique