Bobo/Semaine de la mobilité urbaine : Le traumatisme crânien comme moyen de sensibilisation

Dans le cadre de la Semaine de la mobilité urbaine de Bobo-Dioulasso, il sest tenue hier, lundi 24 mai 2021, une conférence publique au profit des élèves et étudiants de ladite ville sur la thématique du traumatisme crânien.

Ils étaient plus dun millier d’élèves et étudiants à prendre part à la conférence publique sur le thème « Traumatisme crânien, quelle stratégie pour une prise en charge efficace des victimes d’accidents de circulation routière ?» A noter que cette conférence publique animée par le professeur Dabiré Dakouere, entre dans le cadre des activités de la Semaine de la mobilité urbaine.

Elle est placée sous le parrainage du Professeur Macaire Ouédraogo, président de l’Université Nazi Boni (UNB). Pour lui, cette conférence vient à point nommé. « Aujourdhui à travers le monde, en une heure nous avons plus de cent quarante personnes qui perdent la vie pour cause d’accident de circulation. Au regard de ces statistiques assez élevées, on se rend compte que l’Afrique détient le plus grand record, particulièrement sa frange jeune.

Il est temps que nous agissions dans le sens de la sensibilisation, du renforcement des infrastructures routières. Ces infrastructures routières avec tout le système de sécurité requis (passage pour piétons, feux tricolores, panneaux de signalisation), vont permettre à nos élèves, nos étudiants, d’être en sécurité sur les routes.

Ajouter à cela, il faut que des actions de sensibilisation forte puissent être menées à l’instar du programme du président Roch Marc Christian Kaboré. Ces campagnes de sensibilisation vont permettre aux enfants d’avoir des comportements, civiques et citoyens sur nos routes», va-t-il laisser entendre.

Satisfaction du ministre Vincent

« Quand nous faisons les statistiques des accidents dans notre pays, sur cent accidents soixante concernent les jeunes, à savoir les élèves et étudiants. Ils sont véritablement les vraies victimes de l’insécurité routière.

Malheureusement quand nous les observons, le réflexe de protection contre les accidents de circulation n’existe pas au niveau de cette jeunesse.

C’est pour cela que je salue l’initiative de cette conférence, car il est important de pouvoir dire aux élèves et étudiants quels sont les vrais dangers liés aux routes q’uils empruntent au quotidien», déclare le ministre des Transports, de la Sécurité routière et de la Mobilité urbaine.

Aymeric KANI

Fermer le menu
suscipit at ut diam id nunc Phasellus tristique non ultricies accumsan