Pensions et allocations familiales : Désormais la CNSS vous paie par Orange money

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a procédé le 31 mai 2023 à son siège à Ouagadougou au lancement des activités de la numérisation des paiements de ses pensionnés, en partenariat avec le Projet d’appui à l’inclusion financière et l’accès au financement des petites et moyennes entreprises (PAIF-PME) et Orange money. Cette cérémonie a été marquée par la signature du contrat entre la Caisse et Orange money en présence du coordonnateur du PAIF-PME, Séraphin Kientéga.

C’est fait. Désormais, les pensionnés de la CNSS peuvent percevoir leurs pensions à travers Orange money, en souscrivant au niveau des directions régionales de la Caisse. La signature de contrat de partenariat entre Orange money et la CNSS portant paiement de masse des prestations sociales (pensions, allocation familiale, rente…) est intervenue le 31 mai dernier au siège de la Caisse. Selon le directeur général (DG) de la CNSS, Herman Yacouba Nacambo, sa structure est dans un processus de dématérialisation de ses procédures. Dans cet objectif, si un certain nombre des assurés sont déjà dans le système de la bancarisation, d’autres continuent d’être payés à la caisse. Également, avec la situation sécuritaire, les institutions bancaires ne sont plus sur place dans certaines localités. Ce qui rend de plus en plus difficile les paiements à la caisse. L’objectif de la CNSS est de faciliter la vie de ses pensionnés en leur offrant un accès plus rapide, plus sécurisé et plus efficace à leurs prestations. Cela permet d’éliminer les contraintes et les délais souvent associés aux paiements en espèces.

Les frais de transaction pris en charge par le PAIF-PME…

Cette procédure prend effet à compter de ce jour 1er juin 2023 pour les pensionnés souscrits et qui relèvent de la direction régionale de Ouagadougou. Quant aux autres directions régionales, la procédure sera effective à partir de juillet prochain, foi du DG de la CNSS.  La matérialisation de cette procédure est le résultat d’un long processus entamé par le projet d’appui à l’inclusion financière et l’accès au financement des petites et moyennes entreprises (PAIF-PME) avec la CNSS depuis 2019 selon son coordonnateur, Séraphin Kientéga. Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, un volet important est consacré à la digitalisation des paiements gouvernementaux, notamment la digitalisation des paiements des pensionnés. C’est dans ce cadre que le projet intervient pour accompagner la CNSS à digitaliser la portion congrue (5%) qui n’est pas encore dans le circuit bancaire. Dans cette convention, le rôle du PAIF-PME est de prendre en charge les frais de transaction liés au transfert de fonds éventuellement entre la CNSS et les pensionnés jusqu’en 2025, fin du projet.

L’association des pensionnés satisfaite

Au-delà de la digitalisation des pensions, le PAIF-PME accompagne aussi la CNSS à moderniser son infrastructure informatique. Le représentant de la DG de Orange money, Laurent Birba, responsable marketing, a salué la CNSS pour le choix de sa société pour faciliter cette inclusion financière. Pour lui, « quoi de plus normal que pour un partenaire de taille comme notre société, d’accompagner le projet de digitalisation en cours par la CNSS ? Car malgré le contexte sécuritaire, Orange money est présent sur tout le territoire 24 heures sur 24 ». Boureima Ouédraogo, président de l’association nationale des retraités du Burkina Faso, n’a pas caché sa satisfaction pour cette initiative. Car, dit-il, « ce contrat est le bienvenu. Nous nous réjouissons de constater que la CNSS innove. Actuellement, il est question de la bancarisation obligatoire de toutes les pensions. Ce qui sans doute allait créer beaucoup de problèmes à nous pensionnés, car il y a toujours des villes au Burkina où il faut faire plus de 100 km voire plus pour avoir accès à une banque. Cela allait créer des problèmes tant physiques qu’économiques. Avec ce partenariat, on pourra éviter ces problèmes ».

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
massa felis amet, fringilla elit. Sed et,