Calme matinée électorale à Bobo-Dioulasso : Affluence mitigée sans incident particulier

Partant du village rattaché  de Pala (arrondissement 5), bien de bureaux de vote à parcourir jusqu’au centre ville de Bobo. Entre 6 heures et midi. Ici et là, nous en avons fait plus d’une dizaine, dans lesquels le constat est le même, ce dimanche 22 novembre : le scrutin s’est déroulé  sans incident majeur,  sans grande affluence non plus !

L’affluence était par contre au rendez-vous au bureau de vote N°4 de l’école Medersa Salam

À 7 heures ce dimanche électoral, Souro Sanou président  d’un bureau de vote  situé à l’école primaire du village de Pala accueille ses premiers votants. Des files indiennes se sont formées devant les salles de classe. D’autres citoyens attendant leur tour de s’aligner. Ils devisent entre eux, quelques uns se décidant à revenir un peu plus tard. Souro Sanou nous présente son équipe au grand complet et explique le rôle de chacun lorsqu’un électeur se présente. Devant lui,  outre les registres et le matériel de travail, un exemplaire de la constitution, du code électoral et du guide relatif au bon déroulement du vote.  Pas d’incident particulier depuis l’ouverture des bureaux et les électeurs accomplissent leur devoir dans le calme et la discipline.

En remontant la voie tortueuse qui mène à ce village, on se retrouve devant L’OCADES qui accueille quelques bureaux de vote.  Monsieur Sagnon qui préside le premier bureau de vote nous informe que son équipe est là depuis 6 heures. Mais, pas aux grand complet, car certains membres sont toujours absents. « Nous sommes installés dehors dans la cour comme vous le constatez, mais on fait avec ! » Il est 10 heures passées à  notre montre. Un représentant de la CODEL est  présent  en tant qu’observateur. Mais, Traoré Seydou ne souhaite pas faire de commentaire,  conformément aux instructions reçues. Des voix compétentes interviendront plus tard au nom de la CODEL. Il acquiesce juste pour nous confirmer qu’il n’y à pas eu d’incident majeur depuis ce matin. D’autres bureaux de vote se trouvent dans les dépendantes adjacentes aux bâtiments de L’OCADES. L’affluence n’y est pas grande non plus, mais plus de cent personnes y ont déjà voté, affirme le président du bureau.  Les électeurs se présentent entre dix et quinze minutes d’intervalle et une dizaine de représentants de partis politiques sont là pour nous affirmer à tour de rôle que le scrutin se déroule sans incident majeur.

Par faute d’affluence, les membres de ce bureau de vote se livrait à une partie de sommeil

Même constat de calme à l’école Emmaüs où les électeurs qui avaient déjà voté avoisinaient la soixantaine. À l’école centre B, seulement une vingtaine de personnes venaient de voter selon Paré Awa qui dirige ce bureau de vote. Au bureau de vote n° 2 de l’école Medersa Salam à Ouezzin-ville, le constat est identique. A notre passage aux environs de 11 heures, seulement 23 personnes sur les 244 inscrits au total venaient d’accomplir leur devoir civique. Par faute d’affluence, les membres du bureau de vote et les représentants des partis politiques se livraient à une partie de sommeil. Ici la difficulté majeure relevée est relative à l’absence des noms de certains électeurs sur les listes. Selon le président du bureau de vote, Parfait Coulibaly, c’est surtout les électeurs qui détiennent les anciennes cartes qui sont concernés. A l’école Accart-Ville Nord, à notre passage au bureau de vote n°5, à 12h 45mn, 134 sur les 436 inscrits, avaient accompli leur devoir citoyen.  Selon la présidente du bureau de vote, Catherine Sawadogo/Ouédraogo, le bureau de vote a effectivement ouvert à 6h 00. Après vérification, les urnes ont été scellées avant de recevoir  les premiers votants. Le souci de la présidente, le nombre limité de bulletins de vote, et d’enveloppes,  l’absence de gel hydro-alcoolique et de cache-nez. Néanmoins, tout est en place et les choses se déroulent normalement. Jusque-là, aucun incident n’est à signaler, selon la présidente du bureau de vote.  Ce qui est confirmé par les observateurs du MPP et de l’UPC ainsi que par Daouda Diabaté, observateur de l’ONG West Africa Networks for Peacebuilding (WANEP). Les autres partis en compétition n’avaient pas de représentants dans ce bureau au moment où nous y étions. Nous terminons notre périple à l’école  de la gare,  au bureau 5. Une centaine de votants sont déjà passés, nous dit la présidente de ce bureau.  Dans le bureau numéro 6 d’à  côté,  l’affluence est moindre : 46 ont déjà sur les 230 inscrits. Traoré Bernadette, présidente du bureau, espère que les retardataires s’attèleront pour venir voter dans la soirée.  Elle remarque que les électeurs ne sont pas tous préparés comme il se doit.  Constatant par exemple que le message selon lequel on n’entre pas avec un téléphone portable n’est pas passé chez tous. Elle déplore en outre le manque de disposition anti Covid-19.

Aly KONATE

Sibiri SANOU

Ousmane TRAORE

Fermer le menu
adipiscing libero in Aliquam leo. Praesent elit. Phasellus vel, risus. commodo ut