Session du conseil municipal de Bobo : Le Covid-19 s’invite dans les débats

Le jeudi 24 septembre 2020, s’est ouverte la deuxième session ordinaire du conseil municipal de Bobo-Dioulasso. Trois jours durant, soit du 24 au 26 septembre 2020, l’exécutif communal va statuer sur 20 points inscrits à l’ordre du jour. À l’ouverture de la session, le maire Bourahima Sanou a insisté sur la sensibilisation autour de la Covid-19, dont “les nouveaux chiffres font peur dans ma commune”.

Le maire de la commune, juste après l’ouverture de la session le 24 septembre 2020

D’entrée de jeu, le maire Bourahima Sanou a interpellé les conseillers sur la maladie à Coronavirus. Il a souhaité que les mesures sanitaires soient bien suivies, car dit-il, “ La maladie est toujours là et il serait moins bon que la population soit contrainte à vivre de nouveau le confinement”. Selon le maire, Bobo-Dioulasso à sa particularité, toute chose qui occasionne des regroupements. C’est pourquoi le maire souhaite que les conseillers soient un relai auprès des populations. Les 20 points de l’ordre du jour, portent en grande partie sur des conventions à autoriser, afin de permettre à la commune de pouvoir signer des partenariats. Il y a aussi un point qui porte sur des fonds collectés par le comité de réhabilitation de la mairie. La session va en parler afin de pouvoir affecter ces fonds à la réhabilitation de l’hôtel de ville.

Cette deuxième session est l’occasion qui permettra au maire de la commune de revisiter les activités menées au cours de 2019. Autrement dit, cette session sera mise à profit par le conseil municipal, pour pouvoir faire le bilan de 2019 afin de voir ce qui a marché, ce qui ne l’a pas été et ce qui peut être fait, pour améliorer. Selon le maire, les 11 compétences transférées par l’Etat, ont été exécutées à plus de 80%  et cela suivant le Plan communal de développement de la commune de Bobo-Dioulasso. En effet, aux plans sanitaire, éducatif, des infrastructures…le maire reconnait que l’exécutif a fait de son mieux dans la réalisation des activités programmées. Le maire reconnait tout de même qu’il y a des insuffisances, donc “Tout n’est pas parfait”.

Souro DAO

Fermer le menu
amet, libero leo. tempus ut efficitur. eget odio