Commune de Léna : Founa Dinkèlè célèbre le balafon

Lèna était en fête ce samedi 15 mai 2021. Et pour cause, l’Association Founa Dinkèlè y célébrait le balafon. Pour la deuxième fois. Nous y étions !

C’est au son des balafons et de quelques sonorités modernes distillées par de grands baffles que les autorités ont été accueillies sur l’aire de la cérémonie. Comme en de pareilles circonstances, la délégation prend un bain de foule. C’est le délire et les slogans d’encouragement de bienvenue. Puis, place à la cérémonie. Le maitre de cérémonie, après avoir présenté les autorités présentes (dont Alain Sanou, 4e adjoint représentant le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, patron de la cérémonie), annonce un long chronogramme ponctué de discours et de prestations musicales. Dans les rangs, certains craignent l’ennui. Heureusement !

Les invités présents n’auront pas le temps. La cérémonie débute par les balafonistes de Lèna dont les mélodies ont donné lieu à des pas de danse des femmes de Founa Dinkèlè. Puis, ce fut le tour des balafonistes de Kofila qui ont exécuté le djomènè ; lequel a été dansé par de jeunes filles accoutrées pour la circonstance.

L’unité des fils et filles de la commune

Le chef du village prend la parole en premier. Tradition africaine oblige, pour souhaiter la bienvenue et un agréable séjour à toutes les délégations venues dans son village. Puis lui succède, Madame Sya, la présidente de l’Association Founa Dinkèlè. A son tour, elle a souhaité la bienvenue à tous avant de souligner que c’est après avoir pris conscience de leur rôle dans leur propre bien-être et celui du village, que les membres de son association ont décidé de créer et de formaliser Founa Dinkèlè (les petits singes, en langue bobo). Aujourd’hui, l’association a beaucoup de réalisations à son compte. Mais, sa principale mission était de cultiver la solidarité entre les membres. Elle se félicite que cet objectif ait été atteint. D’où la célébration du balafon, un instrument traditionnel de musique de la localité, signe de cohésion et de partage.

La marraine d’honneur de l’association, Madame le Préfet du département a traduit toute sa reconnaissance pour le choix porté sur sa personne. Aussi, se donnera-t-elle tous les moyens d’accompagner l’Association dans la réussite de ses missions. Elle s’est réjouie du fait que ce festival, en plus de réunir les femmes de l’Association, unit tous les fils et filles de la commune.

Son discours sera accompagné par les dodos géants de Boromo, venus spécialement pour la circonstance. Entre adultes et enfants, on ne pouvait distingués qui avait peur ou pas. Un tel spectacle qui se déroulait certainement pour la première fois dans la localité, a émerveillé plus d’un.

La promesse du maire

Prenant la parole, le maire de la commune, Dé Honoré Millogo a tout de suite félicité les femmes de Founa Dinkèlè. Au regard de l’engouement autour de l’événement, il a promis que le conseil municipal va instituer cette manifestation et prendra toutes les dispositions pour l’accompagner. Car pour lui, elle participe au raffermissement des liens de solidarité dans la commune, et entre la commune et d’autres communes.

Alain Sanou, représentant le maire de la commune, a salué l’engagement des filles et fils de la localité pour la culture. Ce qui justifie la présence de la commune de Bobo qui a également fait de la culture un levier de développement. Il est allé plus loin en indiquant que Bobo-Dioulasso et Léna pourraient envisager très prochainement des liens de coopération dans le domaine afin de partager leurs expériences. Il a ensuite rassuré que Bobo-Dioulasso sera toujours aux côtés de Léna pour l’accompagner car, soutient-il, « c’est de la responsabilité des communes à statut particulier de servir de locomotive aux autres pour le développement ».

Ce sont les balafonistes de Tousssiana, plusieurs fois lauréats de la Semaine nationale de la culture, qui ont clôturé la cérémonie d’ouverture avec une prestation sans pareille. Puisque ce sont des ovations fortes qui les ont accompagnés à l’issue.

Mention spéciale à Moussa Sanou dit Welmouss

Moussa Sanou dit Welmouss est un fils de la localité de Lèna. Il s’y investit énormément à travers plusieurs activités et réalisations. C’est grâce à lui que le festival Balafon a été organisé et réussi. Grand soutien des femmes de l’Association Founa Dinkèlè, il a fait venir à l’occasion du Festival les dodos géants de Boromo et une troupe de balafon de Toussiana. En plus des nombreux dons qu’il fait dans la localité, il y a construit un lycée privé. C’est tout naturellement que les intervenants à la tribune à la cérémonie d’ouverture du festival aient vanté ses mérites. Et souhaité que son exemple soit suivi, même au-delà de sa commune.

Dabaoué Audrianne KANI

www.lexpressdufaso-bf.com

Fermer le menu
quis sit Aliquam venenatis mattis nec risus. sem, velit,