Conflit foncier à Kiri : Il a failli être abattu comme un chien

Yacouba Korbéogo a frôlé la mort pour le déposséder de la portion de terre achetée à Kiri, village rattaché à l’arrondissement 2 de Bobo-Dioulasso. C’est la peur au ventre qu’il s’est confié à L’Express du Faso hier, dimanche 20 septembre 2020. Résumé de son récit !

Yacouba Korbéogo, victime de la spéculation foncière

Il ya à peu près 8 ans que Yacouba Korbéogo a acquis un terrain de 4 ha auprès de propriétaires terriens de Kiri. Cette année, il va pour travailler sur son terrain. Que mal lui en a pris. Le maire Paulin Sanou de l’arrondissement 2, lui-même de Kiri s’y oppose. Spéculation foncière oblige. Il convoque alors Yacouba Korbéogo chez le chef de village de Kiri. Lequel chef, constatant l’absence de la partie qui a vendu le terrain, demande en présence du chef de terre, à Paulin Sanou pourquoi une telle absence puisqu’il prétend que ce terrain lui appartient. Celui-ci répond qu’il ne l’a pas conviée à la rencontre. Ensuite, il affirme que celui avec qui il a acheté le terrain n’est pas de la même famille que lui. C’est sur ce que les parties quittent de chez le chef de village. Alors Monsieur Korbéogo entreprend de nouveau de cultiver son champ. Paulin Sanou aurait envoyé des jeunes pour frapper ses travailleurs. Il est revenu chez lui pour expliquer la situation à son vieux, Tacéré Korbéogo. Celui-ci l’a amené chez le chef de canton, chef des Bobo mandaré pour tenter de trouver une issue. Celui-ci, après les avoir écoutés, a promis d’en parler avec l’intéressé et avisera. Korbéogo retourne voir celui avec qui il a acheté le terrain. «Je suis allé à la gendarmerie expliquer la situation». La gendarmerie a convoqué tout le monde. Celui qui a vendu le terrain reconnait les faits. Le chef de village aussi qui rappelle que c’est lui-même qui a compté l’argent avant de le remettre au vendeur. Paulin Sanou n’a pas protesté. «Ils m’ont proposé de me donner un autre terrain. Ce que j’ai accepté. Ils ont alors délimité un autre terrain de 4 ha pour moi, avec plusieurs témoins à l’appui». Entre temps, Korbéogo a vendu 1 ha à un de ses amis. Un jour, le maire Paulin Sanou l’appelle pour le voir. Il est donc allé à sa rencontre. Il lui propose de céder son terrain à une agence immobilière. Il lui révèle avoir vendu un ha, et qu’il faut ce nouvel acquéreur soit d’accord. Ils sont allés avec les représentants de l’agence immobilière sur le terrain afin qu’ils s’assurent des dimensions réelles du terrain. C’est sur ce fait qu’un véhicule arrive à vive allure. Un monsieur descend et demande qui est Korbéogo ? Yacouba Korbéogo répond. Il sort une arme pour le buter. Les gens se sont rués sur lui pour l’en empêcher. Sur ces faits, arrive une équipe de la gendarmerie qui interpelle tout le monde et confisque l’arme. Ils ont été convoqués à la gendarmerie pour expliquer ce qui s’est passé. Le monsieur reconnait qu’il ne connait pas Korbéogo. Ils sont de nouveau convoqués à la Brigade territoriale de gendarmerie de Bobo-Dioulasso ce lundi 21 septembre pour la suite de la procédure. C’est la peur au ventre, avec le sentiment que sa vie est menacée à tout coin de rue, que Yacouba Korbéogo s’est confié à la Rédaction de L’Express du Faso. Au cas où ! Affaire à suivre.

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr

 

Fermer le menu
risus Sed lectus tempus quis, diam quis massa ultricies fringilla