Conseil régional des Hauts-Bassins : Visite du bas-fond de Djonkélé

Le chef de service Aménagement du territoire au Conseil régional des Hauts-Bassins, Lozé Ouattara a procédé à une visite de terrain sur le site de bas-fond de Djonkélé, dans la commune rurale de Kayan dans la province du Kénédougou, ce lundi 23 novembre 2020.

Lozé Ouattara, chef de service Aménagement du territoire au Conseil régional, point focal du projet Tuuma

Le bas-fond rizicole de Djonkélé a une superficie de 30 hectares qui a été par moment presqu’abandonné. Sa réhabilitation est une initiative du Conseil régional des Hauts-Bassins pour booster l’agriculture dans la région en aménageant des bas-fonds pour la production du riz. Il a été réalisé dans le cadre du projet Tuuma en collaboration avec le Conseil régional des Hauts-Bassins. Le projet Tuuma vise à accompagner les jeunes et les femmes, à les fixer dans leurs terroirs et à lutter contre l’exode rural. Ce site d’exploitation rizicole a été réalisé à un coût global de 28 millions de FCFA dont 25 millions de la part du projet Tuuma et 3 millions de contribution communautaire. Le projet Tuuma est financé par l’Union européenne et l’Agence autrichienne de développement. Les activités de ce projet ont commencées en décembre 2019.

La photo de famille entre les riziculteurs et Lozé Ouattara pour immortaliser la visite

Les travaux d’aménagement du bas-fond de Djonkélé ont eu lieu en mars-avril 2020 et la production du riz a commencé en juillet-aout 2020. Selon Ousmane Coulibaly, président du comité de gestion du site, « nous remercions le projet Tuuma qui nous a beaucoup aidés. Nous avons commencé la production cette année, et nous avons obtenu un bon rendement ». Saisissant l’occasion de cette visite, les producteurs ont fait une doléance au Conseil régional. Ils souhaitent être dotés en matériel agricole, un tracteur et une batteuse. Lozé Ouattara, point focal du projet Tuuma, rassure d’accompagner les producteurs avec du matériel. Il dit être satisfait de la production. « L’installation de la campagne a connu des difficultés, mais les producteurs ont eu un bon rendement. Je suis satisfait de la production, parce qu’on ne s’y attendait pas, compte tenu du retard de l’installation de la pluviométrie. Quand on voit le riz qui est là présentement, l’on peut estimer le rendement à 4 tonnes/ha », a-t-il dit. 125 hommes et 125 femmes (15 à 35 ans) exploitent ce site.

Casimir Seyram KAVEGUE/Stagiaire

Fermer le menu
non eleifend nunc libero libero tristique lectus adipiscing