Corridor Togo-Burkina : La garantie unique expliquée aux acteurs économiques

La Chambre de commerce et d’industrie du Burkina a initié mardi 25 août 2020 à Bobo-Dioulasso, une session d’information et de sensibilisation des acteurs économiques sur la mise en œuvre de la garantie unique sur le corridor Togo-Burkina. L’objectif est  de préparer les acteurs de la chaîne à adopter les changements dans les comportements et les habitudes qu’ils rencontreront dans le cadre de l’application de ce protocole.

Juste Nacanabo (micro) a invité les participants à s’approprier le mécanisme

« Le protocole d’accord de la mise en œuvre de la garantie unique sur le corridor Togo-Burkina entrera en vigueur le 1er octobre 2020», a indiqué Emmanuel Yoda, directeur général adjoint de la chambre de commerce en charge de l’infrastructure et du développement durable. Dans l’optique de faciliter le commerce transfrontalier avec les pays de l’Afrique de l’Ouest, la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a créé en 1982 un mécanisme de transport routier inter-Etats.  Pour faciliter le fonctionnement harmonieux de ce dispositif, une convention additionnelle a été prise en 1990 pour garantir ce mécanisme. Le protocole d’accord de la garantie unique sur le corridor Togo-Burkina Faso a été signé le 28 avril 2014 entre la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI/BF) et la Chambre de commerce du Togo et, révisé en juin 2019. Emmanuel Yoda a expliqué que cette garantie a mis du temps à s’appliquer depuis 2014 car c’était à la faveur du lancement de la mise en service des postes de contrôle juxtaposés que ces projets et protocoles avaient été signés. Et depuis, des difficultés ont été enregistrées dans le fonctionnement de cette plateforme. Il est apparu nécessaire de mettre  à profit l’interconnexion du système informatique douanier qui est en vigueur entre le Togo et le Burkina».  C’est donc pour préparer les opérateurs économiques, les concessionnaires en douanes, (…), les acteurs économiques à s’adapter aux changements des comportements, des habitudes qui vont accompagner  la mise en œuvre de ce protocole que la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina a initié cette session d’information. Pour le représentant de la communauté des affaires des Hauts-Bassins, Juste Nacanabo, le corridor Togo-Burkina reste l’un des accès privilégiés du Burkina à la mer. C’est pourquoi, il a invité les participants à suivre avec intérêt les exposés qui ont été fait afin de s’approprier le mécanisme de la garantie unique car cette session d’information et de sensibilisation marque la concrétisation de ce projet commun entre le Togo et le Burkina Faso. Des communications sur le Transit routier inter-Etats (TRIE), l’implication des douanes dans la mise en œuvre de la garantie unique et la présentation des mécanismes de mise en œuvre de la garantie unique sur le corridor Togo-Burkina ont été présenté aux participants. Concernant la question de la garantie unique, Emmanuel Yoda, directeur général adjoint de la Chambre de commerce a expliqué qu’elle permettra aux acteurs économiques de ne plus reprendre les formalités à la frontière une fois qu’on a quitté le port de Lomé.

 

Fatimata BELEM

Augustine Etiéna KANTIONO /Stagiaire

Fermer le menu
eleifend pulvinar Lorem ut libero. et, at lectus id venenatis risus. Sed