Corruption dans le secteur minier : Un manque à gagner de 551 milliards de FCFA

Le Réseau national de Lutte anticorruption (REN-LAC)  à organisé ce 8 décembre 2020 à Ouagadougou, un forum à l’occasion de la 15ème édition des Journées nationales de refus de la corruption (JNRC). Ce forum est axé sur le domaine minier en pleine ascension ces dernières années au Burkina Faso. C’était en présence du secrétaire exécutif du REN-LAC Sagado Nakanabo. 

Pour le Secrétaire exécutif du REN-LAC, « l’or doit briller pour tous les Burkinabès ! »

Ce forum du REN-LAC s’inscrit dans sa volonté d’avoir son regard citoyen dans le secteur minier. Car depuis 2009, l’or est devenu le premier produit d’exportation du Burkina Faso d’après Sagado Nakanabo. C’est sous le thème: « Transparence et redevabilité dans la gestion des ressources minières au Burkina Faso » que le REN-LAC entend mener ses activités.

Les participants au forum

Tout au long de cette rencontre, il sera question de mettre en exergue les manifestations de la corruption dans le secteur minier, analyser l’impact de la mal gouvernance du secteur dans le développement socio-économique du Burkina Faso, relever les défis liés au contrôle de la mal gouvernance et ainsi proposer des perspectives pour une gestion plus vertueuse des ressources minières. Selon Sagado Nakanabo, le secteur minier a engrangé environ 266 milliards de francs CFA en 2008 et à contribué à hauteur de 11, 4% au Produit intérieur brut (PIB). Ce qui pourrait servir de fer de lance au développement du pays, mais malheureusement le manque à gagner pour l’Etat burkinabè est de 551 milliards de francs CFA. D’où la nécessité d’épurer le secteur pour plus de rentabilité et de transparence.

Awa Cécile BANGARE (stagiaire)

Fermer le menu
nec Aliquam lectus sed venenatis, in amet, Curabitur felis vel, consectetur