Dédougou : Elodie Zemba, la vulcanisatrice

A l’occasion de la Journée internationale de la femme célébrée ce 8 mars 2021, nous sommes allés à la découverte d’une vulcanisatrice. Elodie Zemba, après 11 ans d’apprentissage en Côte d’ivoire, a décidé de s’installer au pays précisément dans la ville de Dédougou. C’est à l’âge de 12 ans qu’elle quitte l’école pour apprendre son métier de rêve « la vulcanisation ». Portrait !

Elodie Zemba, La vulcanisatrice en pleine activité pour coller une roue de camion

Agée de 24 ans, teint noir et une taille d’environ 1,70, Elodie Zemba est permanemment vêtue de sa combinaison bleue et de chaussures de sécurité. D’une forme élancée, elle s’exprime en moré, français et dioula. Ce qui favorise une approche aisée avec sa clientèle.

Spécialiste en pneumatique, Elodie Zemba a arrêté l’école à l’âge de 12 ans alors qu’elle était en classe de CM1 en côte d’ivoire. Et ce, pour réaliser son métier de rêve, celui de devenir vulcanisatrice. Malgré le comportement de ses camarades filles tendant à la décourager comme quoi le métier est salissant et rend musclé, Elodie Zemba ne s’est pas laissé abattre. Après 11 ans de formation sanctionnée par un diplôme de spécialiste en pneumatique en Côte d’Ivoire aux côtés de sa sœur aînée elle-même vulcanisatrice, la colleuse rentre au pays.

Originaire du Boulkiemdé, elle décide de déposer ses valises dans la ville de Dédougou en 2020. Elle ouvre ainsi son atelier de vulcanisation à la sortie de la ville sur la route de Nouna. Travailleuse, battante, dynamique et déterminée, « Elo » comme l’appelle affectueusement ses proches, aime son métier. Une personne très proche de Elodie soutient qu’elle est modeste, humble, disponible, serviable, généreuse, compétente, rigoureuse.

Le collage des roues d’engins à deux roues comme à 4 roues et des camions, n’est plus un secret pour cette jeune fille. Passionnée de son métier, la vulcanisatrice a l’idée de partager son savoir-faire avec d’autres jeunes filles désireuses de faire carrière dans la vulcanisation. Une idée à travers laquelle « Elo » veut montrer aux yeux du monde que la femme aussi peut faire quelque chose de ses dix doigts. Car, il n’y a pas de sot métier. Et il n’y a pas non plus de métier pour femme et de métier pour homme.  Mais, aucune fille n’est intéressée par ce métier, alors qu’il nourrit son homme.

L’atelier de vulcanisation de Elodie Zemba est situé dans la zone industrielle de Dédougou sur l’axe Dédougou -Nouna.  L’éloignement de son atelier de la ville est la principale difficulté que la vulcanisatrice rencontre.

Arnaud Lassina LOUGUE

Correspondant

Fermer le menu
at libero Praesent odio sed elit. vel,