Ecole nationale des sous-officiers de gendarmerie : La promotion « Patriotisme » apte à défendre le drapeau

Il s’est tenu à Bobo-Dioulasso la cérémonie de sortie de la 47e promotion des sous-officiers de gendarmerie, le vendredi 17 septembre 2021. Elle était placée sous le patronage de Christophe Dabiré, Premier ministre, représenté par Clément Sawadogo, ministre en charge de l’Administration territoriale.

Cette cérémonie marque officiellement la fin de deux ans de formation de 748 élèves sous-officiers de gendarmerie dont 25 filles que compte la 47e promotion. Elle a été accueillie à l’Ecole nationale des sous-officiers de gendarmerie (ENSOG), le 11 octobre 2019.

Au cours de la formation, indique le Commandant de l’école, le chef d’escadron Stéphane Sessouma, la promotion a perdu un des leurs et deux ont été radiés pour «indélicatesse». Tous les autres ont été jugés aptes à renforcer les effectifs des Forces armées nationales en général et de la gendarmerie nationale en particulier, clame fièrement le Commandant de l’ENSOG. La promotion a été baptisée promotion «Patriotisme», par Clément Sawadogo, ministre en charge de l’administration territoriale, représentant le Premier ministre Christophe Dabiré, patron de la cérémonie.

Conseils à la cuvée 2021

Le chef d’escadron Stéphane Sessouma n’a pas manqué de notifier à la promotion «Patriotisme» que le drapeau qu’elle sera appelée à défendre est «le symbole de la Nation, le symbole des valeurs qui nous sont chères, le symbole de notre mode de vie». Par conséquent, elle devra donner le meilleur d’elle-même en tout temps et en tout lieu pour répondre promptement à l’appel du devoir.

Servir dignement en accomplissant son devoir est la seule façon, pour le commandant de l’ENSOG, de dire merci à la Nation. «Il s’agit là de se demander que faites-vous pour votre pays et non l’inverse», a-t-il également demandé à ces « jeunes » de faire preuve de courage car, c’est une valeur cardinale du soldat surtout dans ce contexte sécuritaire dégradé dû au terrorisme.

Et au parrain de la 47e promotion, Kassoum Kambou, président du Conseil constitutionnel, représenté par le Dr Zakaria Daboné, d’inviter ses filleuls à avoir constamment à l’esprit les valeurs auxquelles il tient. Il s’agit de «la loyauté, le devoir, l’intégrité, l’honneur, la défense et la protection au quotidien du citoyen contre qui vous ne devez jamais retourner votre arme».

Ces conseils semblent ne pas être tombés dans l’oreille d’un sourd. En témoigne le refrain de l’hymne de la 47e promotion qui dit ceci : « 47e promotion, la Nation nous regarde, hissons haut le flambeau du Burkina. Travaillons avec détermination et courage pour la paix, la justice au Burkina».

Un sentiment de joie et de fierté pour les impétrants

Se référant aux propos du désormais maréchal des logis Salia Sanou, délégué de la promotion, c’est un sentiment de joie et de fierté qui l’anime pour avoir porté le galon de maréchal des logis (MDL), marquant la fin de leur formation. Le même sentiment est partagé par le MDL Farida Sinaré. Ce jour, dit-elle, était attendu impatiemment. Elle avoue que la formation n’a souvent pas été facile car elles étaient soumises aux mêmes exercices que les garçons.

Un effectif renforcé sur le terrain

Pour le colonel Blaise Ouédraogo, adjoint au chef d’Etat-major de la gendarmerie nationale, ces 748 jeunes vont renforcer l’effectif des troupes sur le terrain. «Ce personnel qui arrive avec une fraicheur de jeunesse sera aussi d’un apport… nous l’invitons à vite s’intégrer dans la population et à toujours avoir pour repère et pour destination le bien-être du citoyen».

La sortie de cette 47e promotion va tout aussi apporter un plus à la capacité opérationnelle de «notre gendarmerie nationale sur le terrain», se convainc Clément Sawadogo.

Une cérémonie riche en couleurs

La cérémonie organisée à l’occasion de la sortie de la 47e promotion des élèves sous-officiers de gendarmerie a été ponctuée par non seulement le port de galon de maréchal des logis aux 748 élèves, mais aussi par un défilé militaire. Ces gendarmes ont également pu montrer à l’assistance des techniques d’arts martiaux, d’appréhension de bandit et de protection rapprochée d’autorité qu’ils ont apprises durant ces deux années passées à l’ENSOG. On note à cette sortie la présence effective du ministre de la Sécurité, Maxime Koné et du colonel Kogdia Diabri, commandant le commandement des écoles et centres de perfectionnement de la gendarmerie nationale.

Abdoul-Karim Etienne SANON

Fermer le menu
porta. dictum ante. libero massa consectetur