Efficacité du système éducatif : Des députés veulent des solutions à partir de Bobo

Les députés membres de la Commission de la jeunesse, de l’éducation, de l’emploi et de la culture (CEJEEC) de l’Assemblée nationale sont en conclave du 25 au 29 juillet 2021 à l’Hôtel Sissiman de Bobo-Dioulasso. Objectif, réfléchir sur les problèmes du système éducatif.

« L’efficacité du système éducatif au Burkina Faso : atouts et faiblesses ». C’est sur ce thème que les députés membres de la Commission de la jeunesse, de l’éducation, de l’emploi et de la culture (CEJEEC) de l’Assemblée nationale, vont s’appesantir au cours de ce séminaire.

Pour le député Yahaya Zoungrana, membre du groupe parlementaire CDP et président de la CEJEEC, ce séminaire vise à permettre aux élus de la nation de cerner les atouts, les faiblesses et les perspectives pour un système éducatif plus efficace. «En tant que représentants du peuple et parents d’élèves, nous sommes concernés par la problématique du système éducatif qui aujourd’hui, donne des signes d’inquiétudes. Les jeunes ont du mal à trouver de l’emploi. Est-ce la formation qui n’est pas qualifiante ou est-ce parce qu’elle n’est pas employable.  Si ce n’est pas le cas, où se situe alors le problème ? Nous sommes là avec des experts du domaine de l’éducation pour comprendre d’avantage le problème et faire des propositions au bureau de l’Assemblée nationale et ensuite au gouvernement », explique-t-il.

Pour le député Yahaya Zoungrana, le mal du système éducatif burkinabè est profond et cela laisse apparaitre des signes d’inquiétudes. En guise d’exemple, il  cite le cas des concours directs de la Fonction publique. « Chaque année, le recrutement réunit des centaines de milliers de candidats pour souvent cinq places prévues. Il est clair que nous sommes face à un goulot d’étranglement, puisqu’il y a un stock important de jeunes qui n’arrivent pas à être employés ; pourquoi en sommes-nous arrivés là ?» S’interroge le député du Boulkiemdé, selon qui l’impérieuse nécessité de trouver des solutions appropriées s’impose.

Car il est question de sauvegarder l’avenir de la jeunesse. Au cours de ces travaux, il s’agira donc pour les différents communicateurs, tous des experts du ministère en charge de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation et de celui en charge de l’Enseignement supérieur, d’éclairer la lanterne des députés sur les maux qui minent le système éducatif. Les participants auront droit à une série de communications. La question des curricula sera l’un des points de discussions. Pour bon nombre d’acteurs, les curricula sont inadaptés et ne correspondent plus à la réalité du terrain. A noter que ce séminaire s’inscrit dans le cadre du programme d’activités 2021 de la commission.

Ousmane TRAORE

Fermer le menu
commodo Phasellus quis, luctus risus. venenatis, dapibus