Elections couplées 2020 : «Acheter l’électorat à tout prix»

Depuis l’ouverture de la campagne électorale, le 31 octobre dernier, pour la présidentielle et les législatives du 22 novembre, les candidats et les différents partis politiques en lice rivalisent de méthodes clientélistes, en lieu et place d’un véritable débat programmatique.

Candidat à sa propre succession, le président Roch Marc Christian Kaboré a lancé sa campagne électorale jeudi dernier 5 novembre à Bobo-Dioulasso. Pour tenir le pari de la mobilisation, le président sortant et son parti, le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), n’ont pas lésiné sur les gros moyens : distributions de vivres et de billets de banques, dons de carburants…Sans oublier le Jour J où le riz-gras a été abondamment distribué au stade Sangoulé Lamizana, choisi pour la tenue du meeting.

Depuis l’ouverture de cette campagne électorale (et même bien avant), les partis politiques, toutes tendances confondues, rivalisent de techniques clientélistes, sous le regard affligé d’une partie de l’opinion nationale.

Le MPP, le CDP, le NTD, la NAFA, le Soleil levant, l’UPC, l’ADF/RDA, le Mouvement agir ensemble, le RPI, l’UNIR/PS, sans être exhaustif, ne s’embarrassent plus de ces mauvaises pratiques dans leur course pour la conquête et l’exercice du pouvoir d’Etat. De sorte que l’utilisation des engins fond rouge pour battre campagne, les dons de vivres, de motocyclettes, de carburants, des cadeaux à des chefs coutumiers et religieux, ainsi que autres distributions de T-shirts ou de pagnes Faso Danfani aux couleurs des partis, se passent désormais au grand jour, sans aucune gêne pour leurs auteurs. Comme en témoigne cette journée du lundi 2 novembre où la station OTAM du secteur 3 de la ville de Koudougou était devenue la propriété du Parti d’Eddie Komboïgo qui y distribuait de l’essence à gogo. Pendant ce temps, le bureau UPC de Foungou, village natal de Zéphirin Diabré, offrait du poisson à des fonctionnaires pour dérouler le programme du candidat.

Lors du passage du candidat Roch Marc Christian Kaboré à Tenkodogo, les points de ventes de carburant avaient également été ‘réquisitionnés’ pour servir le précieux jus à des groupes de personnes.

Une crise morale au sein de la classe politique

Ces pratiques malsaines, voilées ou ouvertes, tombent sous le coup de la corruption et de la fraude électorale punie par la loi. La corruption électorale désigne toute action de la part des autorités administratives ou des partis politiques ayant pour objectif d’orienter le choix des citoyens à travers des moyens divers et variés tels que la diffusion de fausses informations, les dons en espèces ou en nature et les pressions de toutes sortes.

Au sens juridique du terme, elle peut se distinguer voire se confondre avec la fraude électorale. Cette dernière étant perçue comme toute violation de la loi électorale dans le but de changer les résultats d’une élection. « En général, la plupart des actes relevant de la corruption électorale sont aussi des actes de fraudes. C’est le cas des dons en nature ou en espèces et la distribution des gadgets. Seulement, lorsque ces actes ne sont pas sanctionnés par la loi électorale, ils restent des actes de corruption électorale, mais ne constituent pas de la fraude électorale.  Par exemple avant 2015, la distribution des T-shirts et autres gadgets était simplement de la corruption électorale mais pas de la fraude puisque la loi ne l’interdisait pas. Cependant, à partir du moment où le code électoral révisé en 2015 l’a interdit, elle est devenue à la fois fraude et corruption », précise Abdoul Karim Saïdou, enseignant à la faculté de Sciences juridique et politique de l’Université Thomas Sankara (Ouagadougou).

La persistance de telles pratiques (punies ou non) en période électorale traduit l’approfondissement de la crise morale au sein de la classe politique institutionnelle dans son ensemble. En l’absence de programmes alternatifs sur la base desquels conquérir l’électorat, la plupart des partis et formations politiques n’ont que l’argent pour convaincre les potentiels électeurs. Ils profitent de la pauvreté, mais surtout du déficit de culture citoyenne entretenu par le faible accès à l’information politique de la majorité des citoyens pour espérer récolter quelques subsides en termes de voix.

Ainsi, en contrepartie des sous, certains jeunes s’investissent dans la mobilisation des populations lors des meetings des candidats.

La nécessité d’assoir une gouvernance vertueuse

Aujourd’hui, l’action politique et partisane se résume en un simple moyen d’enrichissement personnel, suivant la logique de « l’argent pour le pouvoir et du pouvoir pour l’agent ». Ce qui est très dommageable pour l’avenir de la nation car il s’agit d’« éduquer » malheureusement la population, notamment la jeunesse, par le mauvais exemple.

Pour sa part, le Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC), qui suit de près le déroulement de cette campagne, voudrait interpeller les différents candidats et partis politiques engagés dans ces élections couplées à sortir des pratiques qui ne les honorent pas. Dans la même dynamique, il voudrait inviter les populations, particulièrement les jeunes, à se démarquer de la corruption et de la fraude électorales et à les dénoncer. Par ailleurs, le Réseau invite les autorités judiciaires à s’intéresser à ces pratiques qui sont constitutives d’infractions au sens de loi pénale.

Il importe pour tous ceux qui aspirent actuellement à la conquête et à la gestion du pouvoir d’Etat d’être des exemples de vertus. C’est le minimum requis pour asseoir une gouvernance saine, porteuse de changements qualitatifs dans la vie des populations. Celle-ci ne saurait s’accommoder de la corruption et de la fraude électorale.

Fait à Ouagadougou le 10 novembre 2020

 Le Secrétariat exécutif

 

Fermer le menu
at mattis dapibus mi, dolor in risus. dictum