Elections présidentielle et législatives 2020 : Le compte à rebours est lancé

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) vient de publier sa feuille de route pour les élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020. Quelques dates à retenir !

Le premier acte, est la publication ce jour 16 septembre 2020, des listes électorales. Chacun pourra vérifier si son nom y figure. Cette étape est cruciale pour les candidats, puisque celui dont le nom n’est pas sur la liste électorale ne peut pas être candidat. Ce n’est donc pas une étape à prendre à la légère. Elle est aussi cruciale pour les électeurs car celui qui n’a pas son nom sur la liste pourrait ne pas voter. A condition de le réclamer auprès de la CENI dans les délais prescrits.

Une fois cette vérification faite, les candidats peuvent déposer au siège de la CENI, leurs dossiers de candidatures du 17 au 23 septembre pour les postulants à la députation et du 28 septembre au 3 octobre pour les aspirants à la magistrature suprême. Les listes des candidats à la présidentielle et aux législatives seront publiées respectivement le 11 et 13 octobre. Et la chasse aux électeurs sera ouverte du 31 octobre au 20 novembre 2020. Le verdict, au soir du 22 novembre, jour du scrutin.

Candidatures à la présidentielle

La candidature à la présidentielle est individuelle. Toutefois, elle peut être portée par un parti ou regroupement de partis politiques. Les candidatures sont composées de listes d’indépendants ou de partis politiques. Pour les électeurs qui auront égaré leurs cartes d’électeurs, la CENI peut encore délivrer des duplicatas. D’autres, pour des raisons prévues par les textes, peuvent faire des demandes de transfert pour avoir changé de domicile. Dans les deux cas, la date limite de demande est fixée au 22 octobre.

Aux termes de l’Article 125 du code électoral, le dossier de candidature à la présidence doit comprendre obligatoirement un certificat de nationalité ;  un extrait d’acte de naissance ou jugement supplétif en tenant lieu ; un bulletin n°3 du casier judiciaire datant de moins de trois mois ; une attestation de parrainage d’au moins cinquante élus ; une photocopie de la carte d’électeur. Lorsque l’acte de parrainage ne comprend que des conseillers municipaux, ceux-ci doivent être répartis dans au moins sept des treize régions du Burkina Faso. Cela n’est pas exigé, lorsque parmi les parrains il y a au moins un député.

Candidatures aux législatives

Contrairement à la présidentielle, il n’y a pas de candidature individuelle aux législatives. La déclaration de  candidature aux législatives doit comporter :  le titre du parti ou de la formation politique ; le logo ou le symbole du parti ou du regroupement de partis ;  une fiche d’investiture par circonscription indiquant les noms, prénoms, sexe, date et lieu de naissance de chacun des candidats, leur profession et domicile ; avec la précision pour les agents publics de l’Etat et les agents relevant du code du travail, de leur service, emploi et lieu d’affectation ; le reçu de la caution. En outre les pièces demandées pour la présidentielle, chaque candidat doit fournir  une déclaration par laquelle l’intéressé certifie qu’il présente sa candidature, qu’il n’est candidat que sur cette liste ; une attestation unique délivrée par le parti ou la formation politique ou le regroupement d’indépendants qui investit l’ensemble de ses candidats. La caution à l’élection présidentielle est de 25 millions FCFA. Pour les législatives,  la caution est de cinquante mille francs par liste. Dans les deux cas, elle est remboursable si le candidat obtient au moins 10 % des suffrages exprimés.

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr

Fermer le menu
felis risus. eget ut suscipit ut non