Fait de chez nous : Un député sanctionné par son village natal

En fin de mandat, l’honorable député est de plus en plus fréquent dans son village natal. Il est présent à toutes les rencontres sociales ou culturelles de chez lui. Il en fait de même dans des villages voisins au sien.

Ce que le député n’as pas fait en quatre ans, il veut le faire en moins de 12 mois, le temps restant de son mandat. Il veut avoir l’amour des siens afin de rebeloter. Malheureusement pour lui, le village avait déjà pris la décision de le sanctionner.

Autrement, il a été décidé que le député ne passera plus aux élections législatives. C’était une façon de lui faire payer son ingratitude vis-à-vis de son village. Car, sans l’engagement et surtout des sacrifices communs, le député ne serait jamais élu.

Une fois à l’Assemblée, il a oublié son village natal. Il s’y rendait très rarement. « Il y a trop de sorcelleries négatives dans mon village. Je préfère me mettre à l’écart plutôt que d’y aller régulièrement », aimai-t-il justifier son refus d’aller chez lui au village.

Inutile de vous dire qu’il n’a rien réalisé chez lui durant son mandat. Pourtant, il avait promis de bonnes choses pour sa localité, si toutefois il était élu député. Son village avait donc une bonne raison de tenter tout pour qu’il soit élu.

Depuis que la candidature de leur fils a été confirmée, tout le village est resté mobilisé pour son élection. Des réunions sont sans cesse organisées afin d’unir les forces au profit de leur fils. C’est ainsi que tout le village aurait juré sur un fétiche ancestral de la localité. Il est convenu que tout le monde, sans exception doit voter pour le seul candidat du village.

Toute trahison était passible d’une mort provoquée par le fétiche en question. Grâce aux liens de mariage, d’autres villages ont adhéré au sacrifice collectif. Tout le monde a un seul souhait : que le fils de la localité soit élu député. Un terreau rouge est même enterré vivant pour la même cause. Les prières et les sacrifices du village et environnants ont porté fruits.

Le fils de toute la localité est élu député. Avant la validation officielle du mandat des élus, une fête est organisée pour savourer cette victoire commune. Tout le monde s’attendait à de nombreuses réalisations dans la localité grâce au député. Erreur ! Grande a été la déception dans la localité.

Puisque le député n’a pu rien négocier pour la localité qui manque de plusieurs infrastructures routières, éducatives, sanitaires, hydrauliques…
En fin de mandat, le député change de comportement vis-à-vis de sa localité. Il négocie de nouveau l’accompagnement de tous pour un second mandat.

Car son parti politique l’a une fois de plus positionné sur la liste de ses candidats. Pendant que le député multipliait ses visites chez lui au village, les sages aussi se retrouvaient pour voir comment lui barrer la route de l’hémicycle.

Des sacrifices contraires ont été faits, afin que le député ingrat ne soit plus élu. Ici aussi, leurs prières sont exaucées. Non seulement il n’a pas été élu député, mais aussi a perdu son poste de leader de son parti dans sa localité. Comme quoi, toute ingratitude se paye tôt ou tard !

Souro DAO /daosouro@yahoo.fr/L’Express du Faso

Fermer le menu
at velit, amet, odio ante. neque. mattis ut