Fait de chez nous : Un mari inconscient et méchant

Il rentre tout furieux de sa randonnée festive. Au lieu de s’excuser, Bakaré frappe bien son épouse Doda. Il va même la blesser au visage. Mère de onze enfants, Doda est une femme qui sait transformer 10 FCFA en 25 FCFA.

Son souci est de pouvoir assurer le repas des enfants. Son mari Bakaré contrairement, ne se préoccupe guère de rien. Doda est donc devenue mère et père à la fois. Elle fait le petit commerce et des travaux journaliers pour assurer les repas de ses enfants.

Elle a travaillé dur pour pouvoir mettre de côté 25 000 FCFA. Ce fonds lui permet en cas de maladie d’un enfant, de pouvoir assurer au moins les premiers soins. La même somme servait aussi à relancer son commerce en cas de faillite. Doda ne voulait vraiment pas manquer du minimum pour la survie de sa famille. Malheureusement, Bakaré son mari et l’homme de la maison, ne se sent pas concerner par les besoins familiaux.

En pays bobo, c’est la période des grandes funérailles marquée par la sortie des masques et surtout par des réjouissances populaires. Bakaré, un vrai habitué des funérailles, ne se laisse pas conter l’ambiance d’un village où les masques sortent à cette occasion des funérailles.

A chaque fois qu’il se rend dans un village, il est toujours en compagnie de sa maîtresse. Une maîtresse qu’il a toujours couverte de présents, malgré son état de mari pauvre financièrement. Si Bakaré s’est toujours débrouillé pour avoir l’argent de ses randonnées festives avec sa maitresse, il n’avait pas de sous, quand se fut le tour de la sortie des masques du village de sa maîtresse.

Que faire ? Bakaré ne doit pas manquer au rendez-vous. Autrement, il perd la confiance en lui placée par sa maîtresse. Alors, sans craindre Dieu, ni avoir pitié de Doda et ses enfants, monsieur a pris les 25 000 FCFA d’économie de la pauvre dame. Il a tout pris. Malheureusement pour Doda, son commerce a pris un petit coup.

Elle tendait vers un arrêt de ses activités. Elle décide de relancer son commerce. Elle commande du bois de chauffe qu’elle voulait revendre. Le livreur du bois lui donne la marchandise. Doda va à sa cachette de numéraires. C’est à ce moment qu’elle constate que sa caisse est vide.

« Bakaré, j’avais mes 25 000 FCFA dans ma garde-robe. Est-ce toi qui les a pris ?» Bakaré répond par l’affirmative. « Toi aussi ! Il faut avoir pitié de moi ! Tu ne me donnes rien et le peu que j’ai économisé, tu prends tout ! Tu pouvais prendre 5000 FCA et me laisser les 20 000 ! Tu as tout pris. Tu veux que je nourrisse mes enfants comment ?» Pendant que Doda se plaignait auprès de Bakaré, la maitresse de ce dernier était à côté.

Monsieur trouve que son épouse l’a humilié. Tout furieux, il enfourche son vélomoteur pour retourner chez lui à domicile. A peine descendu de l’engin, il commence à assener des coups de poings dans le visage de la dame. Pauvre Doda. Certainement que certaines femmes comme toi, vivent la même chose, à cause de la lâcheté de leur conjoint. Vivement, que bon Dieu vous vienne toutes en aide. Car être épouse d’un homme pareil, c’est souffrir le martyr.

Souro DAO/daosouro@yahoo.fr/L’Express du Faso

Fermer le menu
libero tristique Donec amet, ut dolor sem, id id