Fêtes de l’indépendance : La petite histoire des quatre pays du Conseil de l’Entente

Le Burkina Faso a soufflé ses 61 bougies d’indépendance le 5 août 2021. A l’occasion, votre canard L’Express du Faso s’est demandé quel était l’esprit des dirigeants à l’époque. Pour le savoir, il s’est tourné vers quelqu’un que l’on ne présente plus au Burkina Faso, Mélégué Traoré.

Mélégué Traoré

« C’est Félix Houphouët-Boigny qui a négocié les indépendances des quatre pays du Conseil de l’entente. Parce qu’en vérité, aucun chef d’Etat ne voulait des indépendances. Maurice Yaméogo avait même dit à Ouahigouya au cours d’un meeting que qui est fou pour négocier une indépendance. Il fondait ses arguments sur le fait qu’aucun des pays ne pouvant fabriquer une aiguille, ce n’est donc pas après des indépendances qu’il pourra le faire », a expliqué Mélégué Traoré.

« Les accords des indépendances ont été signés le 12 juillet à Paris. Et c’est ensemble que les quatre chefs d’Etat ont décidé de proclamer les indépendances à tour de rôle de manière à ce qu’ensemble, dans chaque pays, ils puissent être ensemble et célébrer la fête », a ajouté l’ancien président de l’Assemblée nationale. Puis il explique : « c’est pourquoi le premier à accéder à l’indépendance est le Dahomey, le 1er août. Puis le Niger le 3 août, ensuite la Haute-Volta devenue Burkina Faso le 5 août et enfin la Côte d’Ivoire le 7 août ». On remarque qu’il y a toujours un jour de décalage afin de permettre aux trois autres chefs d’Etat de prendre part à la proclamation de l’indépendance de l’autre pays.

Par ailleurs, c’est bien le 5 août qu’était fêtée l’indépendance en Haute-Volta qui était une véritable fête populaire, comme c’était le cas sous la Révolution avec le 4-Août. C’est plus tard qu’en raison de la saison des pluies, on a décidé de le faire le 11 décembre. Du reste, les Révolutionnaires ne voulaient pas entendre parler de cette date qui faisait référence au colonialisme.

La rédaction

Fermer le menu
lectus leo. venenatis id adipiscing efficitur. ipsum