Fonds d’appui à la presse privée : Les medias régionaux veulent des conditions spécifiques

Il se tient du 29 au 30 décembre 2020 à Bobo-Dioulasso, une rencontre de réflexion sur les conditions d’accès des médias de la région des Hauts-Bassins au Fonds d’appui à la presse privée. Les travaux ont pour cadre la délégation régionale du Conseil supérieur de la communication.

Vue du présidium

« Ce matin nous avons tenu à faire un atelier sur les conditions d’accès de la presse de la région des Hauts-Bassins au fonds d’appui. Le ministre de la communication, Remis Fulgance Dandjinou, avait fait une tournée dans plusieurs régions du Burkina. Il est ressorti de cette rencontre avec les médias des difficultés qu’ils rencontrent. Il est aussi ressorti de ces échanges que les organes de presse des Hauts-Bassins avaient du mal à bénéficier du fonds d’appui à la presse privée », a justifié Marguerite Blegna, directrice régionale de la Communication des Hauts-Bassins. D’où l’organisation de cet atelier au profit des responsables de médias de la région. Il va permettre de mettre les responsables du fonds en contact avec les responsables des organes de presse privée de la région des Hauts-Bassins. Dans le but de réfléchir sur comment les medias de proximité qui disent ne pas bénéficier de fonds d’appui à la presse, peuvent-il y avoir accès.  « C’est donc le cadre que nous avons créé pour que ces deux structures se rencontrent pour échanger sur ce fonds d’appui et comment y accéder », précise t- elle. Cet atelier est aussi l’occasion d’échanger sur les difficultés et contraintes que rencontrent les responsables de médias, afin de trouver une solution pour leur permettre d’exister, et au travail important d’information de proximité et de sensibilisation qu’ils abattent sur le terrain. En clair il s’agit l’objectif de cet atelier est de contribuer à outiller davantage les responsables de presse sur l’élaboration de projets à  soumettre pour financement par le fonds d’appui à la presse privée. La situation est devenue intenable avec le contexte sécuritaire et sanitaire. « Malgré cela, les médias abattent et continuent d’abattre un excellent travail de sensibilisation et d’information de la population », souligne la directrice régionale de la communication des Hauts-Bassins.

Marguerite Blegna, directrice régionale de la Communication

La représentante du directeur général du Fonds d’appui à la presse privée, Laure Yaméogo et Boubacar Sanou, responsable du suivi/évaluation sont les principaux animateurs de l’atelier. Toutes les informations sur le fonds d’appui, les conditions pour y accéder, des procédures à suivre, rien ne sera occulté durant cette session qui fera également l’objet de propositions concrètes venant des patrons de presse.

Mountamou Kani : « il va falloir trouver un mécanisme pour permettre aux organes de presse de continuer à vivre et de continuer à jouer leur rôle de service public »

Pour  Mountamou Kani, directeur de publication de L’express du Faso, « il va falloir trouver un mécanisme pour permettre aux organes de presse de continuer à vivre et de continuer à jouer leur rôle de service public. Nous allons poser les problèmes réels afin que le fonds bénéficie à tous. Nous attendons donc qu’à l’issue de cette rencontre, les difficultés que nous allons émettre soient prises en compte, non seulement par le Fonds mais également par le ministère de tutelle, celui de la communication qui est en collaboration avec le ministère de l’économie et des finances. Nous estimons que choisir d’être une presse décentralisée devrait permettre à ces entreprises de presse d’avoir des facilités d’accès à un certain nombre de Fonds pour leur permettre de jouer leur rôle ».

Linda Maïssar GUEYE/ stagiaire

Fermer le menu
vulputate, ipsum Praesent diam porta. ut ut libero. ut fringilla id