Journée mondiale du cœur : Allons «soigner» nos cœurs à la maison du Peuple

En prélude à la journée mondiale du cœur, la Société de Cardiologie du Burkina (SOCARB) a décidé de marquer l’événement avec le lancement d’une série d’activités ce 28 septembre 2020 à la maison du Peuple de Ouagadougou. Voici ce que nous avons vu. 

Visite de stands par les officiels

Célébrée chaque 29 septembre, la Journée mondiale du cœur est commémorée au Burkina Faso par une série d’activités, organisées par la Société de Cardiologie du Burkina (SOCARB), en vue de renforcer les connaissances et pratiques des populations sur les facteurs de risque cardio-vasculaire, avec un accent particulier sur l’hypertension artérielle et sa prévention. Car au Burkina Faso, les affections cardiovasculaires constituent l’une des trois premières causes d’évacuation sanitaire. Pour le secrétaire général de la SOCARB, Dr Nobila Valentin YAMEOGO, « la population touchée par le tabagisme est estimé à 17%, contre 22% environ pour l’obésité en consultation de Cardiologie. Quant à l’hypertension artérielle et au diabète, ils affectent respectivement 29% et 7% de la population générale ». Il s’agit donc d’un problème majeur de santé publique. Selon lui, « pour lutter efficacement contre les différentes pathologies cardiaques, il faut une modification du style de vie, privilégier la consommation des fruits et des légumes au détriment des aliments trop sucrés ou salés, consommer moins de viande rouge en faveur du poisson, éviter la consommation du tabac et de l’alcool ». Mais avant toute chose, prévient le spécialiste, « il faut mettre l’accent sur une activité physique et sportive, régulièrement ».  En effet les objectifs spécifiques de cette célébration sont tout d’abord d’informer les populations sur les facteurs de risques cardiovasculaires et sur la prévalence de l’hypertension artérielle et ses complications ; ensuite sensibiliser sur l’importance des mesures de prévention des maladies cardiovasculaires ; faire un plaidoyer auprès des décideurs politiques pour le renforcement de la lutte contre les maladies non transmissibles en générale et celles cardiovasculaires en particulier. Il est également question de dépister l’hypertension artérielle chez 500 personnes en 4 jours et enfin, former le personnel de santé de première ligne à la prise en charge de l’hypertension artérielle. Trois jours durant, dans l’enceinte de la maison du Peuple, les spécialistes des maladies du cœur accueilleront les populations pour des séances de dépistage gratuit ainsi que pour des conseils appropriés pour lutter efficacement contre ces pathologies. Par ailleurs, pour la représentante de la représentante de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Dr Chantal KAMBIRE, « l’OMS s’est engagée à accompagner le ministère de la Santé et des acteurs clés que sont la SOCARB et la Société burkinabè de médecine interne (SOMI) pour la promotion de la prévention et la prise en charge de l’hypertension artérielle (HTA) et du diabète au niveau des formations sanitaires ».  Les acteurs de la santé cardiovasculaire attendent énormément de cette campagne de sensibilisation. Il s’agit d’avoir un taux élevé de populations informées sur les facteurs de risques cardiovasculaires, sur la prévalence de l’hypertension artérielle et ses complications, mais également sur le nombre de personnes qui seront dépistées sur l’HTA ainsi que la formation effectivement du personnel de santé de première ligne. « S’agissant d’un problème majeur de santé publique, chacun a son rôle à jouer dans l’apprentissage des gestes qui sauvent », a souligné Dr Nobila Valentin YAMEOGO. « Mesurer sa pression artérielle, faire le test de dépistage du diabète ou de la dyslipidémie, et adopter une alimentation équilibrée accompagnée d’une pratique sportive régulièrement », est un bon remède contre l’hypertension artérielle.

Awa Cécile BANGARE (stagiaire)

Fermer le menu
neque. lectus risus. commodo suscipit tempus