Lotissement à Bama : Les bornes bientôt implantées

Le lotissement dans la commune de Bama qui a fait couler tant d’encre que de salive sera bientôt effectif. C’est qui ressort d’une rencontre ce mercredi 4 août 2021, entre la mairie et des populations affectées par le projet.

L’accalmie autour de ce projet de lotissement est intervenue avec une rencontre entre le maire Lassina Gondé et les chefs coutumiers des villages de la commune de Bama, le mardi 8 juin 2021. Une fois les malentendus levés, le maire et son conseil ont mis en place la commission en charge du lotissement. La rencontre du 4 août s’inscrit dans la dynamique de ce processus. Propos du maire Lassina Gondé à l’issue de la rencontre.

« Aujourd’hui, c’est une occasion pour nous de dire merci aux dignitaires pour la confiance et à la population. Nous voulons commencer les aménagements après la mise en place de la commission communale. Nous sommes entrain de mettre en place les commissions ad’ oc. Aujourd’hui, c’est la commission de recensement qui a rencontré la population dans les zones impactées. La première zone impactée, c’est le quartier 4, derrière le marché de dimanche où nous voulons, si possible d’ici la fin de la semaine, essayer de mettre les bornes et de recenser. Donc, c’était bon qu’on puisse rencontrer cette population pour la mettre au courant qu’on aura à sillonner leurs champs et concessions pour le recensement et la mise en place des bornes. Ce matin, unanimement tout le monde est d’accord. Et les populations sont contentes de notre démarche.

Les inquiétudes qu’elles ont exprimées, c’est d’abord le nombre de parcelles données par ha. Mais, chacun a signé le protocole d’accord. On ne peut pas trahir ce protocole d’accord. Certains sont à 2 parcelles par hectare, d’autres à 4 parcelles par hectare. D’autres sont même à 5 parcelles par hectare s’il y a une plantation. Il y a aussi ceux qui sont dans les logements spontanés et qui vont profiter du lotissement pour pouvoir construire. Quand bien même il n’est pas dit dans nos textes que le logement spontané donne forcément droit à une parcelle.

Mais, l’espace est rare, ce n’est pas facile. On a essayé de voir si nous pouvons circonscrire cet accès. On en a parlé. On est tombé d’accord à ce qu’on puisse être regardant avec l’équipe de recensement. Nous avons parlé aussi de la compréhension. Parce qu’il y a des gens sans pièce, comment les prendre en compte ? Soit c’est sur une procuration, soit c’est avec un de ses enfants ou petits-enfants, soit par autre chose. Il faut que la personne soit compréhensible, on sait qu’elle est là il y a longtemps, mais n’a pas une pièce adéquate qui nous permette de l’inscrire directement sur la liste des recensés. Mais, l’un dans l’autre, on s’est compris ».

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr

Fermer le menu
efficitur. felis commodo venenatis, ut Phasellus elit. Sed Aenean ut non