Lotissement illégal : Un terrain débarrassé des bornes à Kiri

Le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou a donné instruction ferme à ses services compétents de mettre fin à une opération illégale de lotissement par une société immobilière à Kiri, secteur 23. Ce qui a été fait hier, mardi 20 avril 2021.

Ce matin donc, une équipe de la Direction de l’urbanisme, de la construction et du foncier de la commune s’est rendue sur le terrain. Elle a été conduite par Ben Idriss Djeni, le patron de ladite direction lui-même. Sous protection de la police municipale, les bornes illégalement implantées sur le site ont été arrachées. Elles ont été convoyées, en plus de celles qui n’avaient pas encore été implantées, à Bobo-Dioulasso et mises en fourrière.

Une borne que l’équipe est en train d’arracher

Officiellement, les opérations de lotissement et autres activités d’aménagement foncières sont suspendues. Mais, certaines agences et promoteurs immobiliers ne se sentent pas concernés par cette interdiction. Et continuent de narguer l’autorité en faisant comme si rien n’était. Créant parfois des tensions au sein des populations. C’est ainsi que « nous avons appris qu’il y avait des opérations d’implantation, des opérations d’urbanisme en cours. Sur instruction de l’autorité municipale, dans un premier temps, une équipe a pu faire le constat », indique Ben Idriss Djeni, Directeur de l’urbanisme, de la construction et du foncier de la commune de Bobo-Dioulasso. Vérification faite, le promoteur n’a pas les documents nécessaires. « C’est un aménagement qui n’est pas fait en collaboration avec la commune ni avec l’arrondissement », précise M. Djeni. Dans le dossier du promoteur, Global Equipement et Service (GES), il y a un agrément de promoteur immobilier daté du 11 juillet 2018, le croquis du terrain, le plan d’aménagement élaboré par le promoteur. Dans la réalité du terrain, le croquis ne concerne pas la zone exactement. Puisqu’une partie de la zone aménagée ne devait pas l’être. La superficie sur le plan d’aménagement est de 09 ha, 34a 18ca, mais sur le terrain ça dépasse, c’est bien plus. Ce qui constitue une autre infraction.

Mais, ces documents au dossier ne suffisent pas pour procéder à des aménagements sur le terrain. Pour cela, il faut avoir une autorisation de lotir, un projet immobilier approuvé par le ministère de l’Urbanisme de l’Habitat et de la Ville. Ce qui n’est pas le cas en l’occurrence. « Donc nous avons procédé ce matin à la destruction et à la restauration du site », explique Ben Idriss Djeni. Qui assure que « les mesures sont prises pour que les travaux ne reprennent pas ».

Pour la suite le Directeur de l’urbanisme, de la construction et du foncier de la commune, Ben Idriss Djeni, est clair : « Si nous nous référons au communiqué de l’ordre des géomètres qui dit qu’il ne doit pas y avoir une implantation sans une autorisation de lotir, ces derniers sont en infraction. Dans un premier temps, nous avons reçu instruction d’enlever toutes les bornes. Maintenant la décision va revenir à l’autorité pour ce qui va suivre », dit-il.

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr

Fermer le menu
porta. vulputate, elit. luctus venenatis, Curabitur dictum ut id risus. nec